95e Championnat de France à Albi du 12 au 21 août 2022 - Jules Moussard et Almira Skripchenko champions de France ! - Actualités / France

95e Championnat de France à Albi du 12 au 21 août 2022 – Jules Moussard et Almira Skripchenko champions de France ! – Actualités / France

Advertisements

Jules Moussard s’impose contre Étienne Bacrot aux départages

Dans le National mixte, Jules Moussard et Étienne Bacrot sont allés au bout des départages ! 1 à 1 en parties rapides, 1 à 1 en blitz, le titre national a donc été scellé lors d’un blitz Armageddon remporté par Jules Moussard avec les blancs.

NOM ELO Partie 1 Partie 2 D1 D2 D3 D4 D5
Étienne Bacrot 2648 ½ ½ 0 1 1 0 0
Jules Moussard 2670 ½ ½ 1 0 0 1 1

Comment lire cette grille de résultats ? 

  • Les parties 1 et 2, jouées à la cadence classique, se sont achevées par la nulle.
  • Dimanche à midi, Étienne Bacrot et Jules Moussard disputent deux parties rapides pour se départager (D1 et D2).
  • En cas de nouvelle égalité, ils passent aux parties Blitz (D3 et D4).
  • Enfin, le D5 est une partie Armageddon : 5 minutes pour les Bancs et 4 minutes pour les Noirs avec ajout de 3 secondes par coup à partir du 61ème coup. En cas de partie nulle, les noirs l’emportent.
Jules Moussard en couverture d’Europe Échecs en 2005

Un palmarès national unique

Jules Moussard est le seul joueur français de l’histoire a avoir remporté le titre de champion de France dans toutes les catégories jeunes, de U08 à U20 ! Ce titre complète donc un palmarès tricolore exceptionnel.

Nous sentons depuis plusieurs mois que Jules Moussard franchit un cap, et qu’il prend une nouvelle dimension sur la scène internationale : vainqueur de la Mitropa Cup avec l’équipe de France, vice-champion d’Europe des Nations, brillant premier échiquier aux Olympiades… La route vers les 2700 Elo s’ouvre, et la France peut se réjouir de compter un joueur aussi talentueux dans ses rangs !

Départage rapide 1 : naufrage tactique d’Étienne Bacrot…

Advertisements

Jules Moussard (2670) – Étienne Bacrot (2648)

Dans la première partie rapide, Étienne Bacrot se trompe lourdement dès le 13e coup, en jouant un coup qui semble pourtant anodin.

13. … 0-0?? Le roi noir doit rester en e8 pour protéger le fou d7 14. e5!

Sur dxe5 Fxf6 Fxf6 Dxd7 qui gagne une pièce.

14. … b4 15. Ce2

Et les blancs ont un avantage décisif. Après 10 jours de lutte acharnée, le titre national risque alors de se jouer en moins d’une minute à la pendule…

Départage rapide 2 : triomphe stratégique d’Étienne Bacrot

Étienne Bacrot (2648) – Jules Moussard (2670)

Dans la seconde partie rapide, Étienne Bacrot avec les blancs joue un solide étau de Maroczy, qui lui donne un avantage modéré mais durable.

Incontestablement un bon choix après le désastre tactique de la première partie !

Jules Moussard prend du retard à la pendule, et Étienne consolide petit à petit sa position, avant de passer à l’action.

23. g4! Cg7 24. Dxh6 b5 Après avoir perdu un pion, les noirs tentent de trouver du contre-jeu. 

25. g5 bxc4? Indispensable était e5 pour éviter 26. Ff6! De8

Étienne Bacrot (2648) – Jules Moussard (2670)

27. b4 Les noirs sont ficelés. La menace blanche est e5, suivi de Td4 et Th4 et mat en h8 ou h7.

27. … Tc6 28. e5 d5 29. Td4

Jules Moussard abandonne, car Th4 est imparable, avec à la clef le mat en h7.

Lors des départages des demi-finales contre Laurent Fressinet, un mot nous venait à l’esprit pour décrire Étienne Bacrot : ténacité. Cette partie confirme son opiniâtreté, peut-être sans équivalent dans le haut niveau français.

Cette partie est la première défaite de Jules Moussard dans ce championnat de France, toutes cadences confondues.

Photo FFE

Départage Blitz 1 : Étienne Bacrot s’impose

Jules Moussard (2670) – Étienne Bacrot (2648)

On ne commente pas les Blitz” dit l’adage !

Contentons-nous de souligner les nerfs d’acier d’Étienne Bacrot qui avec une poignée de secondes à la pendule est parvenu à prendre l’ascendant dans une position pourtant complexe, en sacrifiant une qualité.

39. … Dd3+ 40. Ra1 Cd4 41. Tc3 Dxe4

Les noirs ont trop de pions pour la qualité, et le tandem dame + cavalier va rendre la vie impossible au roi blanc très exposé.

Départage Blitz 2

Étienne Bacrot (2648) – Jules Moussard (2670)

Une nulle suffit alors à Étienne Bacrot pour remporter le titre. Mais Jules Moussard déploie une forte attaque contre le roi blanc.

25. c5 Un coup malin, qui donne aux blancs la possibilité de jouer Db6 et échanger les dames.

25. … d5 26. Db6 Dc8 27. Tc2 e5 28. c6 La diagonale du fou b7 est désormais fermée, et l’initiative a changé de camp.

Étienne Bacrot (2648) – Jules Moussard (2670)

Mais Jules Moussard ne lâche rien et pousse Étienne à la faute !

41. Dc5? Le seul coup était Da6 

41. … Fxg2+! 42. Rg1 Txf1+ 43. Txf1 Fxf1 44. Rxf1 Df3+ 45. Rg1 Dd1+ 46. Rg2 De2+ 47. Rg3 Df3+ Suivi du mat.

Le titre se jouera donc en blitz Armageddon.

Armageddon

Jules Moussard remporte le tirage au sort. Il choisit sans aucune hésitation les pièces blanches. Il a donc une minute de plus qu’Étienne Bacrot, l’avantage du trait, mais il doit impérativement gagner. En cas de match nul, les noirs sont déclarés vainqueurs.

Jules Moussard (2670) – Étienne Bacrot (2648)

37. … Da1?? Une gaffe d’Étienne Bacrot. Mais entre la pression, la cadence infernale et la fatigue, elle n’est pas surprenante.

38. Dc7+ Re7 Et les noirs abandonnent, à cause du mat après Dxd7+ Rf6 Df7+

Bravo à Jules Moussard qui remporte son premier titre de champion de France !

Les parties des départages entre Étienne Bacrot et Jules Moussard

Départages pour la 3e place

NOM ELO Partie 1 Partie 2 D1 D2 D3 D4 D5
Matthieu Cornette 2551 ½ ½ 0 ½
Laurent Fressinet 2624 ½ ½ 1 ½

Laurent Fressinet – Photo FFE

Laurent Fressinet remporte la petite finale contre Matthieu Cornette.

Après avoir remporté la première partie rapide de départage, il accepte logiquement la nulle dans une position supérieure pour assurer sa place sur le podium.

Tête de série n°10, Matthieu Cornette réalise tout de même un bon championnat, avec une 4e place et un gain de plus de 15 points Elo.

Matchs retour des finales – le sacre d’Almira Skripchenko

Almira Skripchenko est la nouvelle championne de France d’échecs ! Après sa victoire 2 à 0 contre Natacha Benmesbah en finale, elle remporte le championnat de France féminin pour la septième fois (2004, 2005, 2006, 2010, 2012 2015 et 2022).

Pendant tout le championnat, elle a montré une grande maîtrise, ne perdant jamais le contrôle des événements. Prudente dans les parties classiques, elle a pourtant saisi toutes les chances qui se présentaient sur l’échiquier, prenant souvent les bonnes décisions. Désormais moins active que ses adversaires dans le circuit échiquéen, elle est parvenue à éviter les grands débats théoriques dans les ouvertures, pour pleinement exprimer son excellente compréhension stratégique. La victoire de l’expérience, bravo Almira !

Andreea Navrotescu remporte le match pour la troisième place face à Sarah Djidjeli, qui ne sera donc pas qualifiée automatiquement pour l’édition 2023 du National féminin.

Le parcours victorieux d’Almira Skripchenko depuis les quarts de finale

Extrait du numéro 537 d’Europe Échecs – octobre 2004

En 2004, Almira Skripchenko remportait son première titre de championne de France d’échecs. En 2022, elle s’impose pour la 7e fois. Quelle championne !

Matchs retour des finales – samedi 20 août à 15h

Étienne Bacrot (2648)

½-½

½½

Jules Moussard (2670)

1/2 au match aller

Natacha Benmesbah (2268)

0-1

01

Almira Skripchenko (2391)

Victoire d’Almira Skripchenko au match aller

Résultat de la deuxième partie du match pour la 3e place 

Laurent Fressinet (2624)

½-½

½½

Matthieu Cornette (2551)

1/2 au match aller

Andreea Navrotescu (2352)

1-0

10

Sarah Djidjeli (2028)

Victoire d’Andreea Navrotescu au match aller

Étienne Bacrot et Jules Moussard iront aux départages

Étienne Bacrot (2648) – Jules Moussard (2670)

Comme Jules Moussard hier, Étienne Bacrot décide de sacrifier un pion dans l’ouverture ! En compensation, l’ouverture des lignes donne aux pièces blanches une belle activité. 

Il ne s’agit évidemment pas d’une improvisation, les joueurs suivent une partie sicilienne disputée entre Levon Aronian et Mustafa Yilmaz, disputée en novembre 2021, et qui s’était achevée par la nulle.

Étienne Bacrot (2648) – Jules Moussard (2670)

Dans ce duel de préparations maison, Jules Moussard est le premier à jouer une nouveauté au 17e coup (!) en roquant.

18. h4 Maintenant que l’adresse du roi noir est connue, Étienne, avec un pion de retard, lance une attaque directe. 

Les noirs doivent-ils réagir au centre par d5 ? Ou commencer à jouer à l’aile dame par Cc4 ? Jules trouve une 3e idée :

18. … Cfd5 19. Fh6 Ca4 La cavalerie arrive sur le roque blanc, la partie s’enflamme.

Étienne Bacrot (2648) – Jules Moussard (2670)

20. g4 Cac3+ 21. bxc3 Cxc3+ 22. Rb2 Ca4+ 23. Rb1 Cc3+ 24. Rb2 Ca4+ 25. Rb1

Et les deux joueurs préfèrent répéter les coups, plutôt que de sauter dans l’inconnu d’une position où tout est possible.

Le titre de champion de France sera donc décerné dimanche lors des départages en parties rapides.

Le triomphe 2 à 0 d’Almira Skripchenko contre Natacha Benmesbah

Natacha Benmesbah (2268) – Almira Skripchenko (2391)

1. e4 g6 2. d4 Fg7 3. Cc3 c6

Almira Skripchenko joue la défense moderne qu’elle connaît bien ! La sextuple championne de France veut aussi éviter les grands débats théoriques.

4. f4 d5 5. e5 h5

Le plan des noirs est clair : jouer en contre si l’occasion se présente, anticipant les offensives de Natacha Benmesbah qui doit impérativement s’imposer aujourd’hui.

Natacha Benmesbah (2268) – Almira Skripchenko (2391)

Pari réussi pour Almira. Les blancs ont obtenu un pion passé en h3, mais il ne constitue pas un danger immédiat. À l’inverse, les noirs ont l’initiative et menacent mat en un.

21. b3 Ca3+ 22. Rb2 Cc4+ 23. Ra1 Pour éviter la répétion de coups qui mènerait à la nulle Ca3 24. Ca4 Dc7 25. c3

On imagine mal les noirs perdre cette position. 

Natacha Benmesbah (2268) – Almira Skripchenko (2391)

28. … Cc4+! Almira maîtrise bien la situation, et trouve ce bon coup. Le cavalier ne peut être pris, à cause de Da3+ suivi de dxc4

29. Ra1 Cxd2

Les noirs ont l’avantage pour deux raisons :

  • Leur fou de cases noires est excellent, avec les pions placés sur les cases blanches. À l’inverse, le cavalier blanc en a4 a un long chemin devant lui avant de trouver sa place…
  • Le pion h3 devient une cible. Les noirs vont jouer Dh4 et doubler sur la colonne h.

Natacha Benmesbah (2268) – Almira Skripchenko (2391)

37. … Tg1+ 28. Rb2 Tg2+

Dans un autre contexte, Natacha Benmesbah aurait accepté avec joie la répétition de coups proposée par Almira Skripchenko, qui n’ont besoin que de la nulle pour remporter le titre.

29. Ra3?! Intrinsèquement mauvais, mais ici seule la victoire compte.

29. … a5 30. b4 axb4 31. cxb4 Td2

La position blanche s’effondre, et Natacha Benmesbah abandonne au 45e coup. Almira Skripchenko s’impose 2 à 0 en finale et décroche son septième titre national !

Et si la nouvelle formule impliquait surtout un changement de cadence dans l’attribution du titre de champion de France ? En regardant le tableau final, nous pouvons nous poser la question. En effet, depuis les quarts de finale, les deux finalistes se sont toujours qualifiés lors des départages, après deux parties nulles à la cadence classique. La frontière entre le titre national classique et le titre rapide devient ainsi de plus en plus floue.

Bien entendu, ces affrontements épiques constituent un formidable spectacle, et nous avons beaucoup plus vibré que d’habitude ! Mais le jeu d’échecs peut-il vraiment devenir populaire avec ce raccourcissement des cadences ? Jusqu’où aller pour attirer le grand public ? Clairement, nous n’en sommes qu’au début de la réflexion sur la direction que doit prendre le jeu d’échecs. Et ce championnat de France sera, à n’en pas douter, riche en enseignements.

Dans notre numéro de septembre, vous trouverez un article qui aborde ces questions. Extrait : “S’il est relativement facile pour les streamers et youtubers de maintenir l’attention du « grand public » avec des pièces laissées en prise, des défaites au temps, des jauges d’évaluation qui bondissent dans un sens, puis dans l’autre, d’un coup à l’autre, sans oublier de les accompagner de tout un tas de « great », « amazing », « masterpiece » et autres « never seen before ! », c’est une autre affaire de les scotcher sur un stream lorsqu’un joueur dépense 15 à 25 minutes pour n’effectuer qu’un seul coup…”

Les prix du National
Vainqueur 7000€
Finaliste 5400€
3e place 4550€
4e place 3950€
Quart-de-finaliste 1950€
Huitième-de-finaliste 1000€

À titre de comparaison, les prix distribués lors du Championnat 2017 étaient les suivants : 1er 6.000€ ; 2e 4.400€ : 3e 3.600€ ; 4e 2.400€ ; 5e 1.600€ ; 6e 1.200€ ; 7e 900€ ; 8e 700€ ; 9e 500€ et 10e 500€.

Mais cette année, les prix ne prennent pas en compte l’hébergement, la restauration et le transport, qui sont à la charge des joueurs.

Les prix des Nationaux n’ayant pas été publiés sur le site du championnat, nous ne savons pas s’ils sont identiques dans le National féminin.

Premier bilan de la nouvelle formule à élimination directe

Côté spectacle. Nous ne nous sommes pas ennuyés : les départages ont été palpitants, et suivis avec enthousiasme par plusieurs milliers de spectateurs en direct sur internet. Le National, qui ne suscitait plus qu’une ferveur modeste, a retrouvé sa popularité. L’objectif de la nouvelle formule était de faire de cet événement un divertissement spectaculaire, la mission est accomplie… du moins auprès des joueurs de clubs. Car est-ce vraiment suffisant pour faire des échecs un sport grand public ?

Moins de parties nulles ? Pas vraiment à la cadence classique ! Dans le National mixte, le taux de nulles oscillait entre 58 et 69% de 2016 à 2019. Pour l’édition 2022, ce pourcentage est de 66,7%, donc dans la fourchette haute. À partir des quarts de finale, le pourcentage de parties nulles atteint même 93% ! Une fois passé le premier tour et ses affrontements “déséquilibrés”, le réflexe a donc surtout été de ne pas perdre, car il est presque impossible de recoller au score dans ces mini-matchs de seulement 2 parties classiques. En résumé, la nouvelle formule a en grande partie neutralisé les parties lentes, qui semblent être une source d’embarras pour les organisateurs.

Pour les joueurs. Les participants interrogés portent globalement un regard mitigé sur ce nouveau système. Christian Bauer a souligné la plus grande volatilité des résultats : “Si tu n’es pas en forme, bye bye”. Un reproche partagé par des nombreux participants, plutôt sévères vis-à-vis d’un format qui convient davantage à une Coupe, plutôt qu’à un championnat qui décerne le titre national. Sébastien Feller ajoute que les départages le soir, pouvant durer jusqu’à minuit, sont excessivement exigeants pour les joueurs. Il a cependant souligné un avantage pour les joueurs éliminés : le tournoi s’arrête alors immédiatement, ce qui est moins pénible que de jouer jusqu’au bout un tournoi fermé sans aucune ambition lorsque l’on rate son entame. Laurent Fressinet a aussi noté l’engouement des amateurs présents à Albi, ce qui fait forcément très plaisir aux joueurs des Nationaux, interpellés et congratulés. 

Légitimité du titre. Le système à élimination directe n’a pas empêché les favoris de jouer les premiers rôles. La finale entre Jules Moussard et Étienne Bacrot, n°3 et 4 français, prouve que la logique sportive a été respectée. Néanmoins, depuis les 1/4 de finale, les deux finalistes se sont toujours qualifiés lors des départages, après deux parties nulles à la cadence classique. Voir le titre de champion de France classique être décerné principalement en parties rapides, y compris par des “Armageddon” durant lesquels des pièces ont été données en un coup ou des mats en 3 coups oubliés, peut légitimement provoquer des interrogations.

L’ouverture à de nouveaux joueurs. Avec 16 joueurs sur la ligne de départ, les Nationaux se sont ouverts à de jeunes participants, parfois avec succès. Sarah Djidjeli, championne de France U20, est ainsi parvenue jusqu’en demi-finale. Ce renouvellement est le bienvenu, et nous permet de découvrir tous les talents tricolores.

Terminons ce premier bilan par la question posée par Yannick Gozzoli, et qui résume bien la tension qui peut exister entre la volonté de rendre le championnat plus spectaculaire, et l’intérêt des joueurs : “Est-ce que je suis là pour faire plaisir aux gens, ou est-ce que je suis là pour mon objectif personnel ? Il faut trouver l’équilibre.”

Il est beaucoup trop tôt pour rendre de façon péremptoire un jugement définitif sur ce nouveau format. L’avis des spectateurs, mais aussi des joueurs, devra être pris en compte de façon rigoureuse. Les avantages et les inconvénients devront être évalués sereinement, tout en gardant à l’esprit qu’il n’existe pas de formule parfaite. Affaire à suivre !

Finales – matchs aller vendredi 19 août

Résultat de la première partie de la finale du National mixte

Jules Moussard (2670)

½-½

½½

Étienne Bacrot (2648)

Résultat de la première partie de la finale du National féminin

Almira Skripchenko (2391)

1-0

10

Natacha Benmesbah (2268)

Jules Moussard – Étienne Bacrot

Jules Moussard – Photo FFE

Étienne Bacrot – Photo FFE

L’ouverture nous apporte plusieurs informations.

Jules Moussard (2670) – Étienne Bacrot (2648)

D’abord, Jules Moussard a déjà joué cette variante en août 2022, et s’était imposé contre Titas Stremavicius lors des Olympiades (ronde 10 contre la Lituanie). Sa préparation est donc toute fraîche. Étienne Bacrot dévie au 9e coup.

Ensuite, Jules Moussard a joué 11. g4 immédiatement, alors qu’il s’agit d’un coup risqué. Preuve qu’il est toujours dans sa préparation maison.

Enfin, Étienne Bacrot réplique 11. … h6, mais avec un petit retard à la pendule. Le pion g4 n’était pas prenable, à cause de Dxg7.

Jules Moussard (2670) – Étienne Bacrot (2648)

12. Fc1 e5 13. Dd3 Fxg4 (diagramme)

Étienne capture finalement le pion !

14. Fe2 Un choix intéressant, qui prouve que le sacrifice de Jules est positionnel. Si les noirs échangent le fou en e2, les blancs auront un meilleur contrôle de la case d5, et de l’activité le long de la colonne g. C’est pourquoi Jules accepte d’avoir durablement un pion en moins.

14. … Fe6 Étienne Bacrot considère que son fou de cases blanches est indispensable.

Une configuration étonnante, car le camp avec l’avantage matériel refuse d’échanger des pièces.

Jules Moussard (2670) – Étienne Bacrot (2648)

Dix coups plus tard, les deux joueurs atteignent cette position.

Jules Moussard a toujours un pion de moins, mais les noirs sont complètement ficelés. Les pions sont bloqués sur les cases noires, le roi est englué au centre, la tour h8 est coupée du reste des troupes.

25. … Dc7 Étienne Bacrot protège le pion d6, et menace désormais de prendre en c2.

26. Tfd1 Les blancs ajoutent une nouvelle pression sur la colonne.

La position est désagréable pour les noirs, qui doivent défendre passivement. 

Jules Moussard (2670) – Étienne Bacrot (2648)

Jules Moussard a utilisé son pion c comme d’un bélier, et atteint cette position prometteuse. Ici, il est déjà difficile de proposer un bon coup pour les noirs.

30. … 0-0 Roquer dans les courants d’air semble suicidaire !

31. Tf1! De4 32. cxd6! La tour d5 est en l’air, mais ne peut être prise à cause du mat par Tg1+. Les blancs ont un énorme avantage.

32.. … Rh7 33. Tdd1 Dg6 34. Dd7 Tcc8 35. Dxb7 Tb8 36. Dxa6 Dc2 39. Da3 e4 

Jules Moussard (2670) – Étienne Bacrot (2648)

Nous savons qu’Étienne Bacrot se bat toujours comme un lion. Loin de baisser les bras, il atteint cette finale très délicate à convertir pour les blancs.

Après plus de 10 minutes de réflexion, Jules Moussard joue 42. Tc2 Pour défendre b2, et ainsi permettre à sa dame de retrouver sa mobilité.

Étienne répond 42. … f5 Un coup avec une portée psychologique : les noirs montrent qu’ils peuvent gagner si les blancs se trompent. L’avancée des pions noirs est en effet assez effrayante, et Jules Moussard répétera les coups peu après. Une partie nulle palpitante qui donne le ton de cette finale !

La partie en intégralité

Almira Skripchenko – Photo FFE

Natacha Benmesbah – Photo FFE

Almira Skripchenko – Natacha Benmesbah

Almira Skripchenko (2391) – Natacha Benmesbah (2268)

Les échecs contemporains sont très complexes, avec l’apport de variantes informatiques qui défient tous les principes généraux. Mais dans certaines positions, les plans simples et directs font leur grand retour, la preuve :

13. h4 Cc5 14. h5 L’idée est d’ouvrir la colonne h et de mater !

14. … Cxb3 15. axb3 e5 16. f4

Almira Skripchenko (2391) – Natacha Benmesbah (2268)

Un moment crucial : quelle est la bonne réaction pour les noirs ? Le roi blanc étant au centre, la poussée d5 est tentante, avec une partie débridée. Ce n’est pas le choix de Natacha Benmesbah :

16. … exf4 Une décision surprenante. Les noirs dégradent leur structure de pions, perdent le contrôle du centre, tout en permettant aux blancs de développer le fou c1. 

17. Fxf4 d5 Voici l’idée des noirs : ouvrir le centre.

18. e5 Logique : avec le roi encore au centre, les blancs préfèrent que la colonne E reste fermée. 

Almira Skripchenko (2391) – Natacha Benmesbah (2268)

Projetons-nous au 20e coup. 

20. … Ff5? Une erreur, car les blancs vont en profiter pour lancer leur marée de pion tout en gagnant un temps sur ce fou. À la place, pourquoi ne pas jouer le coup a5, typique des positions de roques opposés ?

21. g4 Fe6 22. hxg6 hxg6

L’attaque blanche est proche d’aboutir, alors que celle des noirs vient à peine de commencer.

Almira Skripchenko (2391) – Natacha Benmesbah (2268)

23. Fg5 Avec la menace Ff6 suivi de Dh8

23. … Fxg4 Une tentative de retarder le mat, au prix d’une pièce. Almira Skripchenko capture le fou, et se retrouve dans une position gagnante.

Regardons à nouveau le premier diagramme, lorsque les blancs ont poussé le pion h4. Force est de constater que ce plan simple et direct a parfaitement fonctionné !

Natacha Benmesbah abandonnera au 29e coup.

La partie en intégralité

Photo FFE

Résultat de la première partie du match pour la 3e place du National

Matthieu Cornette (2551)

½-½

½½

Laurent Fressinet (2624)

Résultat de la première partie du match pour la 3e place du National féminin

Sarah Djidjeli (2028)

0-1

01

Andreea Navrotescu (2352)

Présentation des finales

Jules Moussard et Étienne Bacrot, finalistes du championnat de France – Photo FFE

Pourquoi ne pas avoir indiqué l’historique des rencontres entre les deux finalistes ? Tout simplement car ils ne se sont affrontés qu’une seule fois, lors du championnat de France 2015. Étienne Bacrot s’était imposé avec les noirs. Mais le contexte a bien changé ! Classé 2487 en 2015, Jules Moussard est désormais n°3 français et dépasse Étienne. Il aura à cœur de remporter son premier titre national, pour confirmer le passage de relais entre générations. Connaissant le tempérament de l’octuple champion de France, tenace et expérimenté, la tâche s’annonce compliquée !

La seule partie classique entre Moussard et Bacrot, en 2015

Natacha Benmesbah et Almira Skirpchenko, les finalistes du National féminin – Photo FFE

Les statistiques sont clairement en faveur d’Almira Skripchenko : 4 victoires, 2 nulles et seulement 2 défaites.

Mais la dernière confrontation entre les deux joueuses remonte au championnat de France… 2015 ! Depuis 7 ans, plus rien, ce qui nous incite à la plus grande prudence.

Malgré son élimination en demi-finale, Sarah Djidjeli est incontestablement la révélation de ce championnat de France !

Deuxième plus petit Elo du tournoi, elle a éliminé Anastasia Savina (2377) au premier tour, puis Anaëlle Afraoui (2140) en quarts de finale.

Opposée à Natacha Benmesbah en demi-finale, elle avait les moyens de remporter le match. 

Ce parcours n’est pas tout à fait une surprise : dans notre numéro de mai, l’ancienne championne du Monde Susan Polgar avait choisi Sarah comme joueuse du mois, après sa victoire au championnat de France des moins de 20 ans !

Bilan des demi-finales

Dans le National, Étienne Bacrot a éliminé Laurent Fressinet en blitz Armageddon lors des départages. Jules Moussard a battu Matthieu Cornette en blitz.

Dans le National féminin, Andreea Navrotescu s’incline en parties rapides devant Almira Skripchenko, et Natacha Benmesbah s’impose contre Sarah Djidjeli.

NOM ELO Partie 1 Partie 2 D1 D2 D3 D4 D5
Jules Moussard
2670 ½ ½ ½ ½ 1 ½
Matthieu Cornette 2551 ½ ½ ½ ½ 0 ½
Laurent Fressinet 2624 ½ ½ 0 1 1 0 0
Étienne Bacrot
2648 ½ ½ 1 0 0 1 1

Natacha Benmesbah et Almira Skirpchenko, les finalistes du National féminin – Photo FFE

NOM ELO Partie 1 Partie 2 D1 D2 D3 D4 D5
Almira Skripchenko
2391 ½ ½ 1 ½
Andreea Navrotescu 2352 ½ ½ 0 ½
Sarah Djidjeli 2028 ½ ½ 0 ½
Natacha Benmesbah 2268 ½ ½ 1 ½

Comment lire les grilles de résultats ? 

  • Les parties 1 et 2 sont jouées à la cadence classique.
  • En cas d’égalité, les joueurs disputent deux parties rapides samedi à 20h30 pour se départager (D1 et D2).
  • En cas de nouvelle égalité, ils passent aux parties Blitz (D3 et D4).
  • Enfin, le D5 est une partie Armageddon : 5 minutes pour les Bancs et 4 minutes pour les Noirs avec ajout de 3 secondes par coup à partir du 61ème coup. En cas de partie nulle, les noirs se qualifient.

Les joueurs dont le nom est en gras sont ceux qualifiés pour les quarts de finale

Départages des demi-finales

Étienne Bacrot bat Laurent Fressinet en Armageddon

Étienne Bacrot – Laurent Fressinet – Photo FFE

Étienne Bacrot – Laurent Fressinet

Laurent Fressinet craque dans la première partie des départages face à Étienne Bacrot !

29. … f6 30. Fxf6! gxf6 31. Txd5 Tf7 Les noirs ne peuvent pas reprendre la tour à cause de Cxf6+ avec fourchette.

Mais Laurent Fressinet réagit immédiatement, et égalise dans la seconde partie rapide.

Étienne Bacrot – Laurent Fressinet

À 23 heures, lors du premier blitz de départage, Étienne Bacrot n’a plus qu’une poignée de secondes et joue Dd8.

Laurent Fressinet réplique Dg2, qui attaque la tour f1 et menace mat en b2 ! L’octuple champion de France abandonne.

Laurent Fressinet – Étienne Bacrot

Dans le second blitz, Étienne Bacrot ayant besoin d’une victoire prend des risques fous. Laurent Fressinet en profite et sa position est gagnante. Mais…

33. De5? Il fallait jouer Dc5 ou Dd6, et ainsi garder un œil sur la tour f8.

33. … Df3+ 44. Rg1 Fh3 Mat imparable !

Si la dame blanche était en d6, alors Dxf8+ gagne pour les blancs.

Photo – stream FFE

Dans l’ultime blitz Armageddon, Laurent Fressinet remporte le tirage au sort. Il choisit les pièces blanches, et dispose d’une minute de plus que son adversaire. En contrepartie, il doit impérativement gagner. Mais Étienne Bacrot prend rapidement l’avantage, et Laurent Fressinet abandonne après avoir laissé un fou en prise. L’octuple champion de France est toujours en course pour décrocher un 9e titre !

Départages : Jules Moussard élimine Matthieu Cornette

Matthieu Cornette – Jules Moussard – Photo FFE

Matthieu Cornette – Jules Moussard

Dur dur, en parties rapides, de tout voir ! Matthieu Cornette joue 44. De3

Mais Dh4 mettait fin à la partie, à cause de la menace Dh6 mat. Évidemment, entre la fatigue de la journée, le stress de la situation de match et le manque de temps à la pendule, cet oubli est bien compréhensible !

Les deux joueurs se neutralisent en parties rapides, avec deux parties nulles.

Matthieu Cornette – Jules Moussard

Place alors aux blitz.

Matthieu Cornette joue 44. Tf6 oubliant la réponse de Jules Moussard Db3+!

La dame blanche est surchargée, car elle défend à la fois la tour f6 et la tour d1.

45. Td3 Dxd3+ 46. Dxd3 Txf5 Et les deux tours s’imposent face à la dame blanche. Le plan des noirs est simple : déplacer la tour c8 en f6, via c6, et capturer le pion f4 puis le pion f3.

Le 2e blitz se termine par la nulle, Jules Moussard est donc qualifié en finale.

Les parties des départages – demi-finales du National

Départages : Almira Skripchenko élimine Andreea Navrotescu

Almira Skripchenko – Andreea Navrotescu – Photo FFE

Andreea Navrotescu – Almira Skripchenko

Dans la première partie des départages, Andreea Navrotescu a joué l’optimiste 21. Cf3

Almira réplique par g4 22. Ce5 Fxe5 23. fxe5 Dh4 et l’attaque noire est irrésistible, car g3 pointe le bout de son nez…

Dans la deuxième partie, Andreea avait un énorme avantage, mais qu’elle n’est pas parvenue à concrétiser. Almira Skripchenko est donc qualifiée pour la finale !

Départages : Sarah Djidjeli éliminée par Natacha Benmesbah

Natacha Benmesbah – Sarah Djidjeli – Photo FFE

Natacha Benmesbah – Sarah Djidjeli – Photo FFE

Avec l’accélération de la cadence et la fatigue de la journée, les départages sont propices aux gaffes.

17. … f6 Joué par Sarah Djidjeli dans la première partie de départage.

18. Txe5! Df7 19. Cd6 Et en seulement deux coups les noirs perdent énormément de matériel.

Sarah Djidjeli a eu de bonnes chances d’égaliser lors de la 2e partie rapide, mais Natacha a tenu bon.

Nous pouvons féliciter les deux joueuses : Natacha pour sa place en finale, et Sarah qui est véritablement la révélation de ce championnat de France.

Les parties des départages – demi-finales du National féminin

Match retour des demi-finales – Jeudi à 14h

National mixte – Matchs retour

Jules Moussard (2670)

½-½

½½

Matthieu Cornette (2551)

Match aller ½-½

Laurent Fressinet (2624)

½-½

½½

Étienne Bacrot (2648)

Match aller ½-½

Laurent Fressinet ½ – ½ Étienne Bacrot

Laurent Fressinet – Photo FFE

Étienne Bacrot – Photo FFE

Laurent Fressinet (2624) – Étienne Bacrot (2648)

Contrairement à Étienne Bacrot hier, Laurent Fressinet souhaite profiter des pièces blanches pour mettre la pression sur son adversaire, et tenter de se qualifier sans passer par les départages.

11. g4 Audacieux ! Préparer cette poussée par h3 était plus prudent.

11. … Fxg4 Étienne n’a pas vraiment le choix. Sur Fg6 h4 et les blancs prennent l’initiative.

12. Cxe4 dxe4 13. Ce5 Fh5 Ici, les blancs n’ont que l’embarras du choix, mais au prix d’un pion. Tg1 est intéressant, tout comme Cc4 pour placer le cavalier en a5. Laurent Fressinet a choisi 14. e3 avec l’idée b5.

Laurent Fressinet (2624) – Étienne Bacrot (2648)

Seulement 5 coups plus tard, Laurent Fressinet réalise cette fameuse poussée b5, qui sonne comme une victoire stratégique.

19. b5 cxb5 20. Fxb5 a6 21. Tg1 f5 22. Fc4

Les blancs ont toujours un pion de retard, mais désormais les compensations sont tangibles : plus d’espace, des pièces actives… Tel un équilibriste, Étienne doit se défendre avec une grande précision pour éviter que sa position ne s’effondre.

22. … Ff7 23. b4 Td8 24. Re2 Tc7 25. Tgc1 g5 26. Tab1 Tcd7 27. b5 

Laurent Fressinet (2624) – Étienne Bacrot (2648)

Étienne Bacrot se résigne finalement à donner la qualité pour tenter de réduire la pression.

27. … Txd6 28. cxd6 Txd6 29. b6 Cd7 30. Fxa6! Le fou est imprenable, à cause de b7 et le pion blanc file à dame !

30. … Cxb6 31. Fxb7 Cd7

Les blancs ont évidemment l’avantage, mais Étienne Bacrot est tenace.

Laurent Fressinet (2624) – Étienne Bacrot (2648)

La preuve : un peu plus tard, Étienne trouve la seule défense.

34. … Tb6! Si Re7 Txd7+ Txd7 Fxd7 Rxd7 Tb7+ Re8 Et les blancs ont le temps d’amener leur roi par l’aile-dame.

35. Txb6 Cxb6 36. Fb7 Cc4 

Ces échanges ont considérablement soulagé la défense des noirs. Mais la tâche reste énorme pour les noirs.

Laurent Fressinet (2624) – Étienne Bacrot (2648)

Plus tard, dans cette finale extrêmement complexe, Laurent Fressinet joue 51. Th8

Sans doute une erreur, car il ne fallait surtout pas laisser le fou blanc passer par l’aile-dame.

51. … Fa6! 

Le fou peut à tout moment aller en c4, et depuis cette case il protège le pion d5. De son côté, le roi peut se charger de la défense des pions g5 et h4. Étienne a trouvé le bon plan de sauvetage !

52. Re1 Rg4 53. Rf2 Rh3 54. Rg1 g4 55. Tg8 et la nulle est signée.

Matthieu Cornette et Jules Moussard – Photo FFE

Jules Moussard ½ – ½ Matthieu Cornette

Jules Moussard (2670) – Matthieu Cornette (2551)

Les héros sont fatigués ! Après la partie épique de la veille, Jules Moussard est d’humeur pacifique, et décide d’échanger les dames. Matthieu Cornette ne tente pas le diable et accepte les simplifications qui mènent vers une finale égale.

17. Da5 Fxc4 18. Dxc7 Cxc7 19. bxc4

Les deux joueurs se séparent au 34e coup par la nulle.

Les parties des matchs retour des demi-finales du National

National féminin – Matchs retour

Almira Skripchenko (2391)

½-½

½½

Andreea Navrotescu (2352)

Match aller ½-½

Sarah Djidjeli (2028)

½-½

½½

Natacha Benmesbah (2268)

Match aller ½-½

Almira Skripchenko ½ – ½ Andreea Navrotescu

Almira Skripchenko (2391) – Andreea Navrotescu (2352)

Première indication sur l’état d’esprit des deux joueuses :

13. Fd4 Ff4+ 14. Fe3 Fe5 15. Fd4 Fxd4

Almira Skripchenko, en répétant les coups, a implicitement proposé de faire match nul. Et Andreea Navrotescu, par son dernier coup, a refusé !

16. Dxd4 d5 Andreea a donc envie de tenter sa chance à la cadence classique, plutôt que de jouer sa place en finale lors des départages.

Cet état d’esprit combatif ne sera pas suffisant, car les pièces vont rapidement s’échanger. Les deux joueuses doivent se départager.

Sarah Djidjeli et Natacha Benmesbah – Photo FFE

Sarah Djidjeli ½ – ½ Natacha Benmesbah

Sarah Djidjeli (2028) – Natacha Benmesbah (2268)

Sarah Djidjeli a clairement remporté le combat de l’ouverture. Après 20 coups, elle exerce une pression sur le pion b7 arriéré, tout en disposant d’un bel avant-poste en d5.

20. Db3 De8 21. Db4 Fe7 22. Cd5 Fxd5 23. Fxd5

Avec un avantage positionnel évident pour les blancs, et sans risque.

23. … b5 24. axb5 axb5

Nous arrivons dans une position critique.

Sarah Djidjeli (2028) – Natacha Benmesbah (2268)

Le jeu des blancs repose sur le pion faible des noirs en b5. C’est pourquoi Te2 paraît logique, pour placer une 3e pièce lourde sur la colonne b.

Mais sans doute inquiète des possibilités de contre-jeu des noirs via f5, Sarah opte pour :

25. c4 bxc4 Les noirs sont très heureux de se débarrasser de ce pion !

26. Dxb8 Dxb8 27. Txb8 Txb8 28. dxc4

En seulement quatre coups, l’avantage blanc a totalement disparu. Dommage pour Sarah, espérons qu’elle n’aura pas de regrets à l’issue des départages.

Les parties des matchs retour des demi-finales du National féminin

Matchs aller des demi-finales – Mercredi 17 août à 15h

Les quatre parties du jour se sont soldées par la nulle. Mais Matthieu Cornette et Jules Moussard ont lutté au bord du gouffre, pendant que Sarah Djidjeli a fait trembler Natacha Benmesbah. 

Résultats des matchs aller des demi-finales du National mixte

Matthieu Cornette (2551)

½-½

½½

Jules Moussard (2670)

Étienne Bacrot (2648)

½-½

½½

Laurent Fressinet (2624)

Étienne Bacrot – Laurent Fressinet

Étienne Bacrot et Laurent Fressinet ont suivi la 5e partie entre Ian Nepomniachtchi et Magnus Carlsen, lors du match de Championnat du Monde en 2021 ! Cette rencontre s’était soldée par la nulle, juste avant l’effondrement du Russe à partir de la ronde 6.

Étienne Bacrot (2648) – Laurent Fressinet (2624)

Laurent Fressinet ayant été l’entraîneur du champion du Monde, il est alors certainement très à l’aise dans ce début de partie.

Récitant les coups, il possède 30 minutes d’avance à la pendule après 20 coups. Une différence énorme qui s’explique aussi par le retard d’Étienne Bacrot, absent au lancement de la partie !

La déviation par rapport à la partie Nepo – Carlsen intervient au 17e coup : Laurent choisit 17. … Fd7, alors que Magnus avait opté pour 17. … Ce7

Les deux joueurs signeront la nulle au 23e coup dans une position équilibrée. La montagne a accouché d’une souris…

Laurent Fressinet et Étienne Bacrot – Photo FFE

Matthieu Cornette – Jules Moussard

Matthieu Cornette (2551) – Jules Moussard (2670)

Incontestablement, Matthieu Cornette est le plus créatif du jour dans l’ouverture !

12. h4 Fc8 Une idée intéressante, pour redéployer le fou en g4, exploitant l’avancée du pion h4.

13. Fd3 Fg4 14. Rf1 Le champion de France 2016 ne roquera pas aujourd’hui…

Jules Moussard semble surpris, car il accumule un gros retard à la pendule.

Matthieu Cornette (2551) – Jules Moussard (2670)

Un peu plus tard, Matthieu surprend à nouveau Jules.

28. Tf4!? Donne le pion h5, avec l’idée Dxh5 Th1 Dg6 Ch4 Dg5 Et les blancs peuvent répéter les coups (Cf3-h4) ou même tenter Cf5 avec une belle initiative. 

28. … De6 Jules Moussard refuse ce pion, et préfère une voie plus tranquille.

Matthieu Cornette (2551) – Jules Moussard (2670)

Dans cette position, comme déboussolé par les coups surprenants de Matthieu, Jules Moussard choisit 35. … f6. Il était préférable de défendre le pion d5 par Ted8, qui évite la suite de la partie.

36. dxc5 Les blanc sautent sur l’occasion de prendre le pion d5. Mais De2 était sans doute meilleur, pour différer une ouverture totale de la position qui va profiter aux noirs.

36. … bxc5 37. Txd5 Et les blancs gagnent le pion d5. En échange, on tremble désormais en voyant les courants d’air autour du roi blanc.

37. … Df7 38. Td1 Tcd8 39. Dc2 Db7+ 40. f3 Fc7

Matthieu Cornette (2551) – Jules Moussard (2670)

Après une très longue réflexion, Matthieu Cornette trouve le meilleur coup, qui met le feu à l’échiquier.

41. Cxh6+ ! Rh8 42. Txd8 Txd8 43. Tf5!

Les deux joueurs s’engagent dans un numéro d’équilibriste, tout ne tient qu’à un fil…

44. gxh6 Txf6 

Jules Moussard a une pièce de plus, mais doit défendre avec beaucoup de précision. Il joue alors très vite.

Matthieu Cornette (2551) – Jules Moussard (2670)

45. … Fe5? Meilleur était Td6 pour défendre latéralement.

45. Txh6+ Ch7 46. Df5?!

Un coup qui semble logique, pour attaquer le fou e5. Mais il fallait jouer Cd2. 

46. … Fa1! Brillant. Le fou a1 trouve un refuge parfait à l’autre bout de l’échiquier. Le problème des blancs apparaît : avec la dame en f5, impossible désormais de développer le cavalier b1, qui n’est plus protégé en d2.

  

Matthieu Cornette (2551) – Jules Moussard (2670)

Ne pouvant mobiliser son cavalier b1, Matthieu utilise ses pions.

47. g4 Dg7 48. g5 Td1 49. Txh7+ Dxh7 50. Df8+ Dg8 51. Dh6+ Dh7 

Et ce combat féroce se termine par un échec perpétuel. Quelle superbe partie !

Jules Moussard et Matthieu Cornette – Photo FFE

Rejouez en intégralité les parties du jour du National mixte

Résultats des matchs aller des demi-finales du National féminin

Andreea Navrotescu (2352)

½-½

½½

Almira Skripchenko (2391)

Natacha Benmesbah (2268)

½-½

½½

Sarah Djidjeli (2028)

Natacha Benmesbah – Photo FFE

Sarah Djidjeli – Photo FFE

Natacha Benmesbah – Sarah Djidjeli

Natacha Benmesbah (2268) – Sarah Djidjeli (2028)

Sarah Djidjeli joue crânement sa chance et ne semble pas du tout paralysée par l’enjeu !

18. … f5 L’outsider lance ses pions à l’attaque. Tfd8 était un coup plus prudent.

19. Cc4 f4 20. Fd2 f3 Sarah va au bout de son idée.

21. g3 Cd4 L’objectif est clair : planter le cavalier en e2, au cœur de la position blanche. Mais la structure de pions noire est terriblement faible, Sarah Djidjeli devra donc obtenir une compensation très concrète.

22. c3 Un coup étonnant. Le cavalier noir avait de toute façon prévu d’atterrir en e2. De plus, la poussée c3 affaiblit le pion d3.

Natacha Benmesbah (2268) – Sarah Djidjeli (2028)

22. … Ce2+ 23. Txe2 fxe2 23. Dxe2

Et nous atteignons la position du diagramme. Les choses ont plutôt bien tourné pour les noirs, qui ont gagné une qualité contre un pion.

La structure noire reste mauvaise, presque tous les pions noirs peuvent être pris pour cible. Mais nous pouvons dire la même chose du pion blanc en d3…

Une nouvelle partie commence avec cette position très déséquilibrée !

Natacha Benmesbah (2268) – Sarah Djidjeli (2028)

Un peu plus tard, Natacha Benmesbah prendra le dessus par une série de coups précis.

33. Cd2! Attaque la tour f3, mais surtout permet de redonner de l’air à la dame blanche.

33. … T3f5 34. Dc4+! Rh8 35. Ce4 h6 36. Td1

En seulement quatre coups, toutes les pièces blanches sont arrivées sur leur case idéale.

36. … Db7 37. Td2 a5 38. Cxc5 Df3 39. Ce6 Tf7 40. Td8+ Rh7

Natacha Benmesbah (2268) – Sarah Djidjeli (2028)

Et dans la position obtenue, le plan est très simple pour Natacha Benmesbah : mobiliser sa majorité de pions à l’aile dame.

En face, les noirs n’ont pas de contre-jeu. Le triplement des pièces lourdes sur la colonne f butte sur le fou e3 qui défend tout.

Natacha Benmesbah (2268) – Sarah Djidjeli (2028)

Pourtant, Natacha Benmesbah n’a pas trouvé le bon chemin pour convertir son avantage. La voici dans une position où elle lutte pour la nulle. 

60. Dg5+? Pour conserver l’échec perpétuel, Dg6+ ou De6+ s’imposaient.

60… Rh7? Sarah Djidjeli rate Rf7, et les blancs n’ont plus d’échec à disposition !

61. Dh6+ Rg8 62. Dg6+ Les blancs ne se trompent pas cette fois. Rh8 63. Dg6+ 

Une partie animée qui s’achève par le partage du point. Bravo à Sarah Djidjeli, qui a une fois de plus montré son caractère. Avec les noirs, la jeune joueuse a bousculé Natacha Benmesbah.

Navrotescu – Skripchenko : nulle en 16 coups

Almira Skripchenko – Photo FFE

La partie entre Andreea Navrotescu et Almira Skripchenko s’est soldée par la nulle en seulement 16 coups.

Comme l’a expliqué Yannick Gozzoli, “ce format n’empêche pas les nulles.

À l’approche de la finale, nous sentons la tension monter. Évidemment, perdre la première partie est quasiment synonyme d’élimination. En effet, dans ces mini-matchs de seulement deux parties, difficile de rattraper un faux-pas…

Cette nulle rapide est une toute petite victoire pour la sextuple championne de France qui avait les pièces noires aujourd’hui, et pourra donc tenter demain de pousser avec les blancs.

Rejouez en intégralité les parties du jour du National féminin

Présentation des demi-finales

Qui sera sacré champion ? Nous sommes curieux de découvrir vos pronostics dans les commentaires de cet article !

Les joueurs encore en lice totalisent 11 titres de champion de France :

  • 8 pour Étienne Bacrot.
  • 2 pour Laurent Fressinet.
  • 1 pour Matthieu Cornette.
  • 0 pour Jules Moussard, mais qui semble particulièrement en forme cette année.

Dans le National, on note que la formule à élimination directe n’a pas empêché des favoris de se hisser dans le dernier carré, malgré la sortie prématurée de certains joueurs comme Maxime Lagarde. Les 3 meilleurs Elo sont toujours en course pour le titre, accompagnés de Matthieu Cornette qui fait office d’outsider.

Le choc de ces demi-finales oppose Laurent Fressinet à Étienne Bacrot. Avec 7 victoires pour Étienne, et seulement une pour Laurent, l’historique entre les deux joueurs penche en faveur de l’octuple champion de France. Néanmoins, la plupart de ses victoires ont été obtenues il y a plus de 20 ans ! Si l’on ne prend en compte que les parties des 10 dernières années, alors nous observons une égalité parfaite.

Ce duel oppose aussi deux entraîneurs de stars : Laurent Fressinet a accompagné Magnus Carlsen lors de ses matchs de championnat du Monde, et Étienne Bacrot est le coach de Maxime Vachier-Lagrave.

En résumé, nous aurons la chance de voir s’affronter deux grands champions français : que le meilleur gagne !

La longue lutte entre les deux joueurs remonte au Championnat de France 1998 à Méribel. Étienne Bacrot, âgé de 15 ans, s’impose et terminera 2e du classement général derrière Iossif Dorfman. Le numéro d’octobre 1998 d’Europe Échecs concluait ainsi : « Calme, avec des nerfs d’acier, il calculait bien et plus loin que ses adversaires (…) Avec une ou deux années d’expérience en plus, Étienne pourra sans doute gagner le titre. »

Pour les nostalgiques, voici la partie !

Retour sur l’affrontement Bacrot – Fressinet en 2017

Extrait d’Europe Échecs d’octobre 2017

Lors du Championnat de France 2017 à Agen, Étienne Bacrot et Laurent Fressinet se sont affrontés en finale.

Fressinet – Bacrot / Extrait d’Europe Échecs d’octobre 2017

Laurent Fressinet avait alors perdu au temps dans une position gagnante, lors de l’ultime et dramatique blitz Armageddon.

Il déclara par la suite : “Ce n’était pas la première fois que je jouais un match de départage contre Etienne (en parties rapides, voire en blitz). Nous avons disputé le premier au championnat de France de Besançon… en 1999 ! Ce fut déjà un match épique avec deux victoires chacun, avant qu’il ne finisse par l’emporter en blitz. Je pourrais citer beaucoup de points forts dans le jeu d’Étienne, mais je crois que sa principale qualité est sa ténacité. Combien de fois a-t-il trouvé une défense improbable, alors que je pensais que c’était terminé ? Très franchement, j’ai arrêté de compter les occasions ratées !

Photo FFE

Dans le National féminin, la formule Coupe a davantage ouvert la compétition ! Si l’on retrouve la sextuple championne de France Almira Skripchenko, les trois autres joueuses n’ont jamais remporté le titre. Les têtes de série n°2 et 3, Pauline Guichard et Anastasia Savina, sont éliminées. La présence de Sarah Djidjeli à ce niveau de la compétition est remarquable car elle partait 15e sur 16e au classement Elo !

Retrouvez les joueurs du Championnat de France dans le prochain numéro d’Europe Échecs

Dans notre numéro de septembre, vous retrouverez plusieurs joueurs de ces Championnats de France :

  • Andreea Navrotescu, membre de l’équipe de France, a accepté de nous raconter son expérience lors des Olympiades d’échecs.
  • Dans sa nouvelle rubrique, Gabrielle Nex donne la parole à Manon Schippké, la plus jeune participante du championnat.
  • Enfin, Romain Édouard apportera son regard d’expert sur l’actualité échiquéenne.

Matchs retour des quarts de finale – Lundi 15 août à 14h

Matthieu Cornette se qualifie pour les demi-finales en battant Romain Édouard. Jules Moussard, Laurent Fressinet et Étienne Bacrot ont passé avec succès l’épreuve des départages.

Les appariements du prochain tour sont à consulter dans notre onglet “Demi-finales”.

National mixte

NOM ELO Partie 1 Partie 2 D1 D2 D3 D4 D5
Jules Moussard
2670 ½ ½ ½ 1
Christian Bauer 2615 ½ ½ ½ 0
Matthieu Cornette
2551 ½ 1
Romain Édouard 2551 ½ 0
Laurent Fressinet
2624 ½ ½ 1 0 0 1 1
Yannick Gozzoli 2571 ½ ½ 0 1 1 0 0
Tigran Gharamian 2602 ½ ½ 0 ½
Étienne Bacrot
2648 ½ ½ 1 ½

Comment lire les grilles de résultats ? 

  • Les parties 1 et 2 sont jouées à la cadence classique.
  • En cas d’égalité, les joueurs disputent deux parties rapides samedi à 20h30 pour se départager (D1 et D2).
  • En cas de nouvelle égalité, ils passent aux parties Blitz (D3 et D4).
  • Enfin, le D5 est une partie Armageddon : 5 minutes pour les Bancs et 4 minutes pour les Noirs avec ajout de 3 secondes par coup à partir du 61ème coup. En cas de partie nulle, les noirs se qualifient.

Les joueurs dont le nom est en gras sont ceux qualifiés pour les quarts de finale.

Jules Moussard élimine Christian Bauer aux départages

Christian Bauer contre Jules Moussard – Photo FFE

La fin de partie entre Christian Bauer et Jules Moussard s’est déroulée dans la confusion la plus totale. Alors que la lutte faisait rage, et que les joueurs manquaient de temps dans une position tendue, une coupure d’électricité a interrompu la partie, qui s’achèvera par la nulle une fois la lumière revenue.

Lors des départages, Jules Moussard s’est imposé 1,5-0,5 en parties rapides.

Christian Bauer – Jules Moussard

En difficulté lors de la 2e partie rapide des départages, Christian Bauer tente 27. Fxg5

Un sacrifice incorrect, qui sera aisément réfuté par Jules Moussard.

Pourquoi un tel égarement de la part de Christian ? Sans doute à cause de la fatigue accumulée : après avoir disputé une partie classique de 14h à 19h très dure nerveusement, il a enchaîné avec les départages moins d’une heure plus tard.

Bien sûr, les conditions étaient les mêmes pour Jules Moussard, qui a donc montré que ses nerfs étaient plus solides.

L’étonnante attaque sans dame de Matthieu Cornette

Romain Édouard (2551) – Matthieu Cornette (2551)

Avant le début de cette ronde, nous affirmions : “Les joueurs devraient s’orienter vers des lignes solides, en particulier avec les pièces noires.” Nous avions tout faux !

Matthieu Cornette nous fait mentir contre Romain Édouard, et opte pour la ligne tranchante 12. … g5

Ces offensives directes sont de plus en plus à la mode, sans doute du fait de l’influence des ordinateurs qui apprécient particulièrement ces assauts à la baïonnette.

Le plan de Matthieu Cornette est de pousser h5 et g4, puis tout simplement mater !

Romain Édouard (2551) – Matthieu Cornette (2551)

Prudent, Romain Édouard décide quelques coups plus tard d’échanger les dames.

21. Dc5 Dxc5 Les noirs ne peuvent pas vraiment refuser l’échange. Si Dc7 Da7 force la dame noire à revenir en d6, et les coups se repètent.

Lorsque j’ai joué 15. h5, j’ai raté le coup Dc5. Je l’ai vu au coup d’après. Je suis quand même rentré dans cette variante car la finale est un peu mieux pour moi, et je n’ai quasiment plus de chance de perdre” a révélé Matthieu après la partie.

Après cet échange, les noirs semblent perdre leur principal atout pour mener une attaque.

Romain Édouard (2551) – Matthieu Cornette (2551)

Mais étrangement, l’offensive de Matthieu Cornette se poursuit efficacement même sans les dames.

35. … Cf3+ 36. Re2 Tg2 (libère la case h2 pour le cavalier) 37. e4 Ch2!

Et les noirs sont gagnants. La tour f1 est en prise, mais elle ne peut quitter la défense du pion f2.

Un exemple atypique d’assaut mené avec seulement deux tours et un cavalier !

Matthieu Cornette se qualifie pour les demi-finales sans passer par les départages.

Photo FFE

Après avoir éliminé le champion de France en titre Maxime Lagarde au premier tour, Romain Édouard ne cachait pas sa déception de sortir en quart de finale : “Une si belle aventure qui se termine de façon aussi débile… Se tromper dans sa prépa… Merci à Albi pour votre bel acceuil et les conditions de jeu extraordinaires des Nationaux !” (source : Facebook)

Étienne Bacrot bat Tigran Gharamian aux départages

Étienne Bacrot contre Tigran Gharamian – Photo FFE

La partie entre Étienne Bacrot et Tigran Gharamian s’est soldée par une nulle en seulement 13 coups. L’octuple champion de France s’est imposé lors des départages en parties rapides (1,5-05).

Laurent Fressinet sort Yannick Gozzoli en Armageddon

Photo FFE

À égalité après les parties classiques, Yannick Gozzoli et Laurent Fressinet ont chacun remporté une partie rapide lors des départages. En blitz, Yannick gagne la première partie, mais Laurent Fressinet égalise.

La qualification s’est donc jouée lors du blitz Armageddon : les blancs ont 5 minutes, les noirs 4 minutes, avec ajout de 3 secondes par coup à partir du 61ème coup pour les deux joueurs. Laurent Fressinet choisit de prendre les blancs. Un choix judicieux, car il l’emporte et rejoint les demi-finales ! Heureusement que mardi est une journée de repos, car ces départages se sont terminés à plus de 23 heures. 

Yannick Gozzoli – Laurent Fressinet

Analyser des parties de blitz de départages est un exercice difficile, et injuste pour les joueurs qui ont livré un long combat toute la journée.

Dans le 2e blitz, Yannick Gozzoli semble tenir la nulle qui le qualifierait pour les demi-finales. Mais sous pression à la pendule, il se trompe et joue 29. Cc1? 

Laurent Fressinet répond simplement 29. … Txb2 et empoche un pion.

National féminin

Andreea Navrotescu, Sarah Djidjeli et Natacha Benmesbah se qualifient en parties classiques. Almira Skripchenko bat Nino Maisuradze lors des parties rapides des départages.

Photos FFE

NOM ELO Partie 1 Partie 2 D1 D2 D3 D4 D5
Almira Skripchenko
2391 ½ ½ 1 ½
Nino Maisuradze 2222 ½ ½ 0 ½
Silvia Alexieva 2223 0 ½
Andreea Navrotescu
2352 1 ½
Anaëlle Afraoui 2140 ½ 0
Sarah Djidjeli
2028 ½ 1
Natacha Benmesbah
2268 ½ 1
Pauline Guichard 2379 ½ 0

Le sauvetage improbable d’Andreea Navrotescu

Andreea Navrotescu (2352) – Silvia Alexieva (2223)

38. Dxe6? Dxd3 permettait aux noirs de garder l’avantage. Dxc5 39. De2

Après avoir été dominée toute la partie, Andreea Navrotescu ne laisse pas passer l’occasion de faire match nul !

39. … Td8+ 40. Rh7 Th8+! 41. Rxh8 Df8+ 42. Rh7 Dxf7+ échec perpétuel. Un dénouement inespéré !

Après la partie, la réaction d’Andreea sur Twitter est lucide : “Une partie à ne surtout pas montrer aux enfants mais on prend.”

Andreea Navrotescu contre Silvia Alexieva – Photo FFE

Natacha Benmesbah élimine la championne en titre Pauline Guichard

Pauline Guichard (2379) – Natacha Benmesbah (2268)

La surprise du jour : Natacha Benmesbah joue la défense autrichienne contre Pauline Guichard. Cette ouverture doit son nom aux joueurs autrichiens Hans Haberditz, Hans Müller et Ernst Grünfeld qui ont tenté de faire marcher ce coup symétrique.

Ce début très rare à haut niveau n’a pas bonne réputation… Après l’excellente réaction de Pauline Guichard 3. cxd5, notre base de données affiche un score très favorable aux blancs, avec plus de 50% de victoires.

3. … Dxd5 4. Cf3 cxd4 5. Cc3 Da5 6. Cxd4 Cf6 7. Dd3 Avec l’idée Db5+, d’où la réponse 7. … a6 de Natacha.

Un choix très risqué de la part de Natacha !

Pauline Guichard (2379) – Natacha Benmesbah (2268)

Pauline Guichard parviendra par la suite à faire fructifier cet avantage obtenu dans le début de partie.

20. Ca5 Tb8 21. Tab1 Avec un plan clair : taper sur l’aile dame des noirs.

21. … Fe6 Natacha Benmesbah abandonne le pion b7. Il n’y avait pas beaucoup mieux à faire face à la menace c6.

22. Txb7 Fxa2 23. Txb8 Txb8 24. Ff4 Te8 25. c6 

Et l’avantage blanc augmente à chaque coup…

Pauline Guichard (2379) – Natacha Benmesbah (2268)

Pauline Guichard manque le premier coup de grâce.

28. Tb1?!

28. c7! mettait fin à la partie car sur Cd5 (Indispensable pour empêcher Td8) 29. Txd5! exd5 30. Cc6! Impossible d’empêcher Cd8 et la promotion du pion d.

Mais les blancs conservent l’avantage. Et pourtant, quelques coups plus tard, Natacha Benmesbah renverse la situation.

Pauline Guichard (2379) – Natacha Benmesbah (2268)

45. Txd5? Tentant, pour terminer la partie de façon forcée, mais incorrect. Un épilogue cruel pour la championne de France, car nous avons vu que Txd5 était le coup gagnant raté par Pauline peu avant. Et lorsqu’elle le joue, il perd !

45. … exd5 46. Cb6 Tb8 47. Cxd5+ Le drame est que c7, sans doute le coup prévu, est contré par Txb6 avec échec.

Malgré une longue résistance, Pauline Guichard déposera les armes au 61e coup. Une élimination terrible, après avoir obtenu des positions gagnantes dans les deux parties.

Photo FFE

Natacha Benmesbah a déclaré sur Twitter après sa victoire : “Beaucoup de chance lors de ce match retour des 1/4 de finale. Mais ça passe !”

Elle a raison : pour décrocher le titre dans ce format à élimination directe, il faut beaucoup de talent, mais aussi un peu de chance.

Sarah Djidjeli poursuit son superbe parcours

Anaëlle Afraoui vient de jouer Fc5. Sarah Djidjeli saute sur l’occasion :

Sarah Djidjeli (2028) – Anaëlle Afraoui (2140)

42. Fxa5!? Sur bxa5 Rxc5 la finale est perdante pour les noirs.

Sans doute sous le choc, les noirs répondent par 42. … h5

Il devenait urgent de s’en prendre aux pions blancs à l’aile roi, par exemple par Fg1, qui conservait de bonnes chances d’annuler car le fou a5 est toujours en prise. 

43. Fe1! Et le fou blanc revient juste à temps pour défendre les pions. Si le roi noir s’aventure en g4, le roi blanc s’infiltre via e5 et f6. 43. … h4 44. gxh4 Rxf4 45. Fg3+ Rg4 46. Rc6 Rh3 47. a4 Fd4 La finale est gagnante pour les blancs, qui vont jouer Fc7 pour prendre le pion b6 des noirs.

Nous pouvons féliciter Sarah Djidjeli, qui après avoir battu Anastasia Savina au premier tour confirme en quart de finale qu’elle n’est pas à Albi pour faire de la figuration !

Sarah Djidjeli – Photo FFE

Résumé des matchs aller des quarts de finale

Résultats des matchs aller des quarts de finale du National mixte

Jules Moussard (2670)

½-½

½½

Christian Bauer (2615)

Matthieu Cornette (2551)

½-½

½½

Romain Édouard (2551)

Laurent Fressinet (2624)

½-½

½½

Yannick Gozzoli (2571)

Tigran Gharamian (2602)

½-½

½½

Étienne Bacrot (2648)

Quatre nulles ! Mais ne vous fiez pas aux apparences, les parties ont été animées. 

La partie de cache-cache entre Gharamian et Bacrot

Tigran Gharamian (2602) – Étienne Bacrot (2648)

Tigran Gharamian vient de faire le grand roque, mais Étienne Bacrot n’a pas du tout envie de donner tout de suite l’adresse de son roi !

12. … h6 Un coup prudent et nécessaire.

Si 0-0 alors Cg5 pose de sérieux problèmes aux noirs.

13. De3 De7 Petit roque ou grand roque ? Étienne ne donne toujours pas d’indication…

14. Td2 0-0 Finalement ! Les noirs n’avaient plus de coups en réserve. Un vrai round d’observation entre les deux joueurs.

Tigran Gharamian (2602) – Étienne Bacrot (2648)

Un peu plus tard, les joueurs atteignent une position typique avec des roques opposés.

28. … Da5 Un coup très logique.

Mais notons la proposition instructive de l’ordinateur, la poussée du pion en f5. La prise en passant est impossible car la tour d6 ne serait plus défendue. Le fou blanc doit reculer, et la présence d’un pion noir en f5 gêne considérablement l’attaque blanche.  Les noirs pourraient ensuite jouer Da5 plus sereinement.

Une idée difficile à voir humainement, car nous avons tendance à ne pas toucher aux pions autour de notre roi lorsqu’il est menacé…

La partie se terminera au 37e coup par un échec perpétuel de Tigran Gharamian sur le roi d’Étienne Bacrot.

Tigran Gharamian contre Étienne Bacrot – Photo FFE

Christian Bauer miraculé face à Jules Moussard

Jules Moussard (2670) – Christian Bauer (2615)

Christian Bauer tente sa chance avec les noirs contre Jules Moussard, pourtant en grande forme.

16. … g5 17. Rh1 Rg7 18. Ta2 g4 19. Cg1 h5

On peut saluer l’état d’esprit de Christian Bauer, qui tente de marquer le point entier. Courageux ou téméraire ?

Jules Moussard (2670) – Christian Bauer (2615)

En regardant la position au 54e coup, on comprend vite que les risques pris par Christian Bauer se sont retournés contre lui.

53. … Dg7+ Seul coup, mais la position noire est désespérée.

54. Rf2 Tf7 55. Fe6 Gagne, mais d7+ était plus simple. Le pion filait à dame.

55. … Dh7

Jules Moussard (2670) – Christian Bauer (2615)

56. Db3? Le seul coup pour gagner était Tc8, afin de contrôler la case c2 et empêcher la dame noire de revenir en jeu, tout en gardant en réserve le coup défensif De3.

56. … De4! 57. Fxf7 De2+ 58. Rg3 Dg4+ 

Le roi blanc ne peut plus échapper à l’échec perpétuel.

Un sauvetage miraculeux pour Christian Bauer qui peut s’estimer heureux de repartir avec un demi-point en poche !

Jules Moussard – Photo FFE

Christian Bauer – Photo FFE

L’échec perpétuel élégant de Romain Édouard

Matthieu Cornette (2551) – Romain Édouard (2551)

Longtemps sous pression, Romain Édouard trouve une très belle séquence pour obtenir la nulle contre Matthieu Cornette.

32. … Cd5! Si Fxe3 Cxe3 menace à la fois la tour f1 et le pion g3.

33. Fe5 Cc3! La menace est Ce2+

34. Fxc3 Dxg3+ Avec échec perpétuel. Si les blancs parent l’échec par Dg2 alors Dxg2 Rxg2 Txc3 et ce sont les noirs qui ont l’avantage.

Résultats des matchs aller des quarts de finale du National féminin

Almira Skripchenko (2391)

½-½

½½

Nino Maisuradze (2222)

Silvia Alexieva (2223)

0-1

01

Andreea Navrotescu (2352)

Anaëlle Afraoui (2140)

½-½

½½

Sarah Djidjeli (2028)

Natacha Benmesbah (2268)

½-½

½½

Pauline Guichard (2379)

L’occasion manquée de Pauline Guichard

Natacha Benmesbah (2268) – Pauline Guichard (2379)

Pauline Guichard a sans doute raté une belle occasion de prendre l’avantage.

19. … Cxc4 Le coup intermédiaire fxe4 était plus fort. Il attaque le fou f3, et le pion c4 peut être capturé au coup suivant. Par exemple Cxe4 Td8+ Re1 Cxc4.

20. Cxf5 Fxf5 21. fxe5 Cxb2+ 22. Rc2 Cc4 23. Ff4 Ca3+ 24. Rc1 Fxf4 25. Cxf4 et les blancs sont encore dans la partie.

La nulle sera signée au 37e coup.

Natacha Benmesbah – Photo FFE

Pauline Guichard – Photo FFE

La partie folle entre Silvia Alexieva et Andreea Navrotescu

Silvia Alexieva (2223) – Andreea Navrotescu (2352)

Andreea Navrotescu trouve un coup astucieux.

22. … Fg3!? Le fou est imprenable.

Si fxg3 Cxg3+ Rg1 Cxh1 Rxh1 Dg3 et le roi blanc est acculé.

Mais loin de paniquer, Silvia garde son sang froid et défend minutieusement. 

23. f3 Cd6 24. Te2 Cc4 25. e4 Ff4 26. e5 Fxc1 27. Cxc1 Cd7 22. f4 Cf8

L’offensive des noirs est repoussée, et les rôles ne vont pas tarder à s’inverser…

Silvia Alexieva (2223) – Andreea Navrotescu (2352)

Quelques coups plus tard, c’est désormais Silvia Alexieva qui met Andreea sous pression.

40. Cxg6 Thématique. Sur fxg6 Dxg6+ Rf8 Te2 est fatal.

40. … Th6 41. Ce7+ Rf8 42. Tg3 L’attaque blanche est terrible. La partie semble s’acheminer vers une victoire de Silvia Alexieva…

Silvia Alexieva (2223) – Andreea Navrotescu (2352)

Mais un nouveau rebondissement vient animer cette partie imprévisible. 

43. Cf5? Le coup gagnant était Fh3! Par exemple, sur Txh4 Tg8+ Rd7 Fxe6+ Et l’attaque blanche se poursuit. Les différentes variantes sont complexes, et difficiles à calculer, surtout avec la pression de la pendule.

43. … Txf6 44. Cd6+ Re7 45. Txf6 Cxd6 Et l’attaque blanche s’essouffle. Allons-nous assister au partage du point après ces escarmouches ? Non, l’histoire n’est pas terminée…

Silvia Alexieva (2223) – Andreea Navrotescu (2352)

46. Tgf3? Terrible erreur ! Tf1 s’imposait, pour empêcher l’irruption de la dame noire comme dans la partie.

46. … De1+ Tf1 47. Dxh4 Le pion h4 est tombé, et ce sont à présent les noirs qui passent à l’attaque sur la colonne h.

Les noirs abandonneront peu après. Andreea Navrotescu est donc la seule joueuse à obtenir un résultat décisif lors des matchs aller des quarts de finale.

Anaëlle Afraoui contre Sarah Djidjeli – Photo FFE

Que deviennent les joueurs éliminés dès le premier tour ?

Yovann Gatineau – Photo FFE

Laurie Delorme, Manon Schippke, Anysia Thomas, Yovann Gatineau, Cyrielle Monpeurt et Guillaume Lamard ont décidé de rejoindre le tournoi Accession, après leur défaite en huitièmes de finale des Nationaux.

Ils débutent le tournoi avec un demi-point, à la façon du bye qui se pratique dans certains tournois (le joueur peut prendre une journée de repos lors de la compétition, et obtient un demi-point).

Solenn Afraoui – Photo FFE

Solenn Afraoui, plus petit Elo du National féminin, a été éliminée au premier tour par Andreea Navrotescu. Elle est tout de même parvenue à aller jusqu’aux départages, ce qui n’est pas un mince exploit face à la joueuse de l’équipe de France !

Sur Facebook, elle fait un bilan positif de cette compétition :

“Superbe expérience, pas de regrets pour moi. Aller aux départages, en plus avec ma sœur, était inattendu et peu probable pour moi. C’est parti maintenant pour une semaine en tant que supporter et étudiante finalisant son mémoire de fin d’étude.”

Les parties du championnat

Matchs retour des 8e de finale – Samedi 13 août à 14h

National mixte

NOM ELO Partie 1 Partie 2 D1 D2 D3 D4 D5
Marc’Andria Maurizzi 2530 0 0
Jules Moussard
2670 1
1
Christian Bauer
2615 1
½
Yovann Gatineau 2372 0 ½
Matthieu Cornette
2551 1
1
Sébastien Feller 2552 0 0
Maxime Lagarde 2615 0 ½
Romain Édouard
2551 1
½
Guillaume Lamard 2512 ½ ½ ½ 0
Laurent Fressinet
2624 ½ ½ ½ 1
Yannick Gozzoli
2571 1
½
Marie Sebag 2447 0 ½
Iossif Dorfman 2539 ½ ½ 0 1 0 0
Tigran Gharamian
2602 ½ ½ 1 0 1 1
Étienne Bacrot
2648 1
½
Adrien Demuth 2485 0 ½

Comment lire les grilles de résultats ? 

  • Les parties 1 et 2 sont jouées à la cadence classique.
  • En cas d’égalité, les joueurs disputent deux parties rapides samedi à 20h30 pour se départager (D1 et D2).
  • En cas de nouvelle égalité, ils passent aux parties Blitz (D3 et D4).
  • Enfin, le D5 est une partie Armageddon : 5 minutes pour les Bancs et 4 minutes pour les Noirs avec ajout de 3 secondes par coup à partir du 61ème coup. En cas de partie nulle, les noirs se qualifient.

Les joueurs dont le nom est en gras sont ceux qualifiés pour les quarts de finale.

Maxime Lagarde éliminé d’entrée de jeu

Romain Édouard – Photo FFE

Romain Édouard élimine le champion de France Maxime Lagarde, après une partie acharnée entre les deux joueurs que vous pouvez rejouer dans notre applet ci-dessous !

Ce résultat est la première grande surprise du championnat, qui s’explique par le système à élimination directe : le champion en titre et membre de l’équipe de France fraîchement rentrée d’Inde n’aura donc joué que deux parties avant de quitter la compétition.

Objectif 2 à 0 pour Jules Moussard !

Jules Moussard (2670) – Marc’Andria Maurizzi (2530)

Jules Moussard a décidé de ne pas se contenter de la qualification en annulant la deuxième partie, il souhaite gagner par 2 à 0 face à Marc’Andria Maurizzi.

18. … C5h4 19. C1d2 Cf5 20. Cf1 C5h4 Marc’Andria Maurizzi sans doute résigné répète les coups, proposant implictement de partager le point.

Surprise, Jules Moussard choisit 21. Cxh4 révélant ainsi son intention de gagner la deuxième partie. Classé virtuellement 2688, Jules souhaite sans doute franchir la barre des 2700 Elo.

Jules Moussard (2670) – Marc’Andria Maurizzi (2530)

Et cette audace a payé ! Nous voici quelques coups plus tard, et nous sentons que les blancs ont pris l’avantage.

Après 40. Txe6 Fxe1 41. Dxc6 Les blancs ont toutes les cartes en main pour s’imposer. Marc’Andria abandonnera dix coups plus tard.

Jules Moussard et Marc’Andria Maurizzi – Photo FFE

Étienne Bacrot – Photo FFE

Étienne Bacrot a logiquement accepté de faire match nul contre Adrien Demuth, malgré une position supérieure. Après avoir remporté le match aller, l’octuple champion de France a préféré ne pas prendre des risques inutiles

Une approche différente de celle de Jules Moussard, mais tout à fait dans l’esprit de cette nouvelle formule.

Sébastien Feller gaffe à nouveau

Sébastien Feller (2552) – Matthieu Cornette (2551)

Sébastien Feller gardera un très mauvais souvenir de ce championnat de France 2022. Après avoir perdu la veille en laissant Matthieu Cornette lui infliger un mat en 2 coups, il commet une nouvelle erreur :

20. C4xb3? Le seul coup était axb3.

20. … Txa2! Et les blancs sont perdus. Le fou b2, attaqué 2 fois, ne peut pas bouger à cause de Dxc2 mat.

Sébastien tente 21. Cc4 mais abandonne après le simple Cxc4

Marie Sebag n’a pas réussi à égaliser contre Yannick Gozzoli. La n°1 française est donc éliminée – Photo FFE

Du côté des départages

Les départages en parties rapides ont opposé Laurent Fressinet à Guillaume Lamard, et Iossif Dorfman à Tigran Gharamian, à égalité après les deux parties classiques. 

Sur la retransmission en direct, nous avons vu Iossif Dorfman perdre au temps la première partie dans une position parfaitement jouable. Le champion de France 1998 et doyen de ce National était sans doute fatigué : pas facile d’enchaîner deux parties rapides le soir juste après une longue rencontre l’après-midi ! Il parvient cependant à égaliser, avant de s’incliner en blitz.

Terrible : la pendule de Iosif Dorfman indique 0:00, la partie est perdue

Guillaume Lamard est vaincu lors de la deuxième partie rapide, mais il a tout de même poussé Laurent Fressinet dans ses retranchements ! Le double champion de France n’aura pas beaucoup de temps pour récupérer de cette longue journée, car il affronte dès dimanche Yannick Gozzoli.

National féminin

Almira Skripchenko, Nino Maisuradze, Silvia Alexieva, Andreea Navrotescu, Anaëlle Afraoui, Natacha Benmesbah, Sarah Djidjeli et Pauline Guichard se qualifient pour les quarts de finale.

NOM ELO Partie 1 Partie 2 D1 D2 D3 D4 D5
Élise Bellaïche 2049 0 ½
Almira Skripchenko
2391 1 ½
Nino Maisuradze
2222 1
½
Cyrielle Monpeurt 2159 0 ½
Anysia Thomas 2147 1
0 0 ½
Silvia Alexieva
2223 0 1 1 ½
Andreea Navrotescu
2352 1
0 1 1
Solenn Afraoui 1926 0 1 0 0
Sarah Djidjeli
2028 ½ 1
Anastasia Savina 2377 ½ 0
Maria Leconte 2167 ½ ½ 0 1 1 0 0
Anaelle Afraoui
2140 ½ ½ 1 0 0 1 1
Manon Schippke 2119 ½ 0
Natacha Benmesbah
2268 ½ 1
Pauline Guichard
2379 1
1
Laurie Delorme 2046 0 0

Ce match retour nous a fait découvrir les différentes stratégies adoptées par les participantes pour gérer le résultat du match aller, avec plus ou moins de succès. Voici notre tour d’horizon.

Faire match nul avec un gros avantage

Almira Skripchenko (2391) – Élise Bellaïche (2049)

Ici, Almira Skripchenko, tête de série n°1, accepte de partager le point avec Élise Bellaïche. La position blanche est très avantageuse car le pion b7 tombe, et dans d’autres circonstances la sextuple championne de France aurait évidemment poursuivi la partie.

Mais ayant remporté le match aller, Almira joue la sécurité. Une décision sage et parfaitement rationnelle, mais quelque peu frustrante pour les passionnés qui suivent les parties.

Essayer de tout échanger pour partager le point

Anysia Thomas (2147) avec les noirs a seulement besoin de faire match nul contre Silvia Alexieva (2223) pour se qualifier, après avoir remporté la première partie.

Silvia Alexieva (2223) – Anysia Thomas (2147)

Dans cette position, elle opte pour une variante qui semble liquider les pièces et aplanir la partie, mais qui l’entraîne en réalité vers une finale perdante.

18. … Txc1 19. Txc1 Tc8 20. Txc8+ Fxc8

Après 21. Rc3 les noirs prennent conscience du problème : le roi blanc va s’infiltrer à l’aile dame sur les cases noires et capturer les pions noirs, profitant de l’absence du fou g7 totalement hors jeu !

C’est pourquoi, dans la position initiale, il était préférable de garder les tours en jeu.

Silvia Alexieva (2223) – Anysia Thomas (2147)

Quelques coups plus tard, Silvia Alexieva a parfaitement exécuté ce plan pour pénétrer sur les cases noires. Son roi termine sa longue marche en b8 !

Les noirs abandonneront peu après, permettant à Silvia Alexieva d’égaliser après sa défaite lors du match aller, et donc de disputer les départages.

Silvia Alexieva – Photo FFE

Anysia Thomas – Photo FFE

Jouer pour le gain en prenant tous les risques

Anastasia Savina (2377) – Sarah Djidjeli (2028)

Après un match nul lors de la première partie, Anastasia Savina a décidé de jouer de façon très risquée contre Sarah Djidjeli, sans doute pour éviter des départages incertains en parties rapides.

17. Da4+ Fd7 18. Dxa6 Gagne un pion, mais au prix d’un terrible retard de développement.

18. … 0-0 19. e3 Dc7 20. Da3 Tc3 Ce sont désormais les noirs qui ont l’initiative. Les blancs n’ont toujours pas roqué.

21. Db2 Tc2 22. Da3 d4! 

Anastasia Savina (2377) – Sarah Djidjeli (2028)

23. Fa6 Tc3! La dame blanche, attaquée, doit abandonner la défense du fou en a6.

24. Db2 Da5 Menace à la fois le fou a6, et un échec à la découverte mortel. Anastasia choisit le moindre mal et roque.

25. 0-0 Dxa6 Les noirs sont gagnants.

Malgré une résistance acharnée, Anastasia Savina déposera les armes au 73e coup. Son élimination est une énorme surprise !

Anastasia Savina face à Sarah Djidjeli – Photo FFE

Se départager jusqu’au bout de la nuit

Cette photo sombre résume bien la longue bataille entre Maria Leconte et Anaëlle Afraoui, disputée jusqu’en fin de soirée !

Finalement, Anaëlle Afraoui l’emporte lors de l’ultime partie Armageddon. Elle devra vite faire retomber la pression et reprendre des forces, car dès dimanche à 14h elle sera opposée à Sarah Djidjeli.

Dans les autres matchs de départages, Silvia Alexieva bat Anysia Thomas en parties rapides, tout comme Andreea Navrotescu qui élimine Solenn Afraoui.

Matchs aller des 8e de finale – vendredi 12 août à 15h

Résultats des matchs aller des 8e de finale du National mixte

Marc’Andria Maurizzi (2530)

0-1

01

Jules Moussard (2670)

Christian Bauer (2615)

1-0

10

Yovann Gatineau (2372)

Matthieu Cornette (2551)

1-0

10

Sébastien Feller (2552)

Maxime Lagarde (2615)

0-1

01

Romain Édouard (2551)

Guillaume Lamard (2512)

½-½

½½

Laurent Fressinet (2624)

Yannick Gozzoli (2571)

1-0

10

Marie Sebag (2447)

Iossif Dorfman (2539)

½-½

½½

Tigran Gharamian (2602)

Étienne Bacrot (2648)

1-0

10

Adrien Demuth (2485)

Les matchs aller des huitièmes de finale se déroulent le vendredi 12 août à 15h. Le match retour sera joué samedi à 14h, et sera éventuellement suivi le soir même à 20h30 de parties pour départager les joueurs en cas d’égalité à l’issue des deux parties classiques. Vous trouverez toutes les explications concernant cette nouvelle formule à élimination directe, ainsi qu’une présentation détaillées des participants, dans notre onglet “Présentation”.

Le tirage au sort de ce premier tour a été organisé avec un système de têtes de série. Les joueurs les mieux classés sont donc opposés aux joueurs les moins bien classés.

Mais tout est relatif, car déjà deux joueurs de l’équipe de France s’affrontent : Jules Moussard fait face à Marc’Andria Maurizzi ! Ce match sera sans aucun doute l’affiche de ces huitièmes de finale. Les deux protagonistes reviennent d’Inde, où ils ont disputé les Olympiades, et seront sans doute émoussés par l’effort fourni et le décalage horaire.

La gaffe incroyable de Sébastien Feller

Matthieu Cornette (2551) – Sébastien Feller (2552)

Sébastien Feller vient de jouer un coup naturel, h6, pour chasser le fou g5 des blancs.

Mais la sanction de Matthieu Cornette est immédiate.

14. Dxe6+ abandon des noirs.

Si fxe6 Fg6 mat.

Une gaffe rarissime à ce niveau qui place Matthieu Cornette dans une situation idéale avant le match retour !

Le champion de France en titre sur la sellette

Maxime Lagarde (2615) – Romain Édouard (2551)

Maxime Lagarde tente de tenir cette finale très difficile, mais Romain Édouard trouve 62. … Td7! qui lui simplifie la tâche.

63. d5 Txd6 64. exd6+ Rxd6 65. dxe6 Rxe6

Et la finale est gagnante, car le roi noir n’a plus qu’à cueillir les pions blancs.

La victoire de Romain Édouard avec les noirs face au champion de France en titre est un coup de tonnerre dès la première journée ! Maxime Lagarde pourrait être éliminé dès les huitièmes de finale s’il ne parvient pas à gagner le match retour demain.

Jules Moussard

Romain Édouard

Marc’Andria Maurizzi

Photos : FFE

Jules Moussard en ballotage très favorable

Marc’Andria Maurizzi (2530) – Jules Moussard (2670)

Après une longue lutte, Marc’Andria Maurizzi est parvenu à obtenir une finale où la nulle est envisageable. Mais au 80e coup, sans doute épuisé, il joue 80. b5?

Jules Moussard répond 80. … Tc5! Le pion blanc en b5 est cloué et Marc’Andria préfère abandonner, faisant entièrement confiance en la technique de son adversaire.

La chasse à la dame, par Christian Bauer

Christian Bauer (2615) – Yovann Gatineau (2372)

L’outsider Yovann Gatineau est dans une situation difficile. Ses cases noires sont très faibles, et son roi ne sera jamais en sécurité. Il décide alors de tenter un coup de poker !

12. … Cb4? 13. cxb4 Dd4 Ce coup de dame est central dans l’idée de Yovann, pour attaquer la tour a1. Mais Christian Bauer relève le défi.

14. 0-0 Dxa1 Les blancs gagnent du matériel, mais…

Christian Bauer (2615) – Yovann Gatineau (2372)

15. Cc3! La pointe sans doute oubliée par les noirs. La dame ne peut pas prendre en c3 à cause de Fb5+ qui gagne la dame.

15. … Db2 16. Fc1! La dame noire s’est égarée. Elle est la seule pièce noire à jouer pendant 6 coups.

16. … Da1 17. Fg5 Db2 18. Tb1 Da3 19. Df4 Avec la menace décisive Df6, qui attaque la tour h8 et le cavalier e7. 

19. … Tf8 20. Df6 Dxb4 21. a3! Dc5 Si la dame noire prend en a3, alors b4 coupe la défense du cavalier e7.

22. Tc1 Dxa3

Christian Bauer (2615) – Yovann Gatineau (2372)

Dans cette position, Christian rate la ligne gagnante : b4 Dxb4 Ca2 Da3 Tc3! 

Une variante difficile à trouver, et qui aurait mené à son terme la chasse à la dame ! Christian manquait de temps à la pendule, ce qui s’explique par la complexité de la position.

Il joue une ligne plus humaine mais suffisante pour l’emporter :

23. Ca4 Fd7 24. Cb6 Td8? (h6 était nécessaire) 25. Tc7 h6 26. Fe3 Cc6 27. Fxh6 Dxb3 28. Fxf8 Dxd3 29. h3 Rxf8 30. Cxd7+ Txd7 31. Txd7 Abandon des noirs.

Une superbe partie entre deux joueurs très pugnaces que nous pouvons féliciter !

Après sa victoire, Christian Bauer a donné son avis sur la nouvelle formule à élimination directe : “Je ne suis pas fan. Ce qui m’embête c’est que j’ai l’impression que les pays sérieux font des tournois fermés. Là, si tu n’es pas en forme, bye bye…”

Sur cette photo, nous voyons Yannick Gozzoli, capitaine de l’Équipe de France féminine, en pleine séance de coaching avec Marie Sebag lors des Olympiades. Pour ce match aller des 8e de finale, le coach s’impose !

Résultats des matchs aller des 8e de finale du National féminin

Élise Bellaïche (2049)

0-1

01

Almira Skripchenko (2391)

Nino Maisuradze (2222)

1-0

10

Cyrielle Monpeurt (2159)

Anysia Thomas (2147)

1-0

10

Silvia Alexieva (2223)

Andreea Navrotescu (2352)

1-0

10

Solenn Afraoui (1926)

Sarah Djidjeli (2028)

½-½

½½

Anastasia Savina (2377)

Maria Leconte (2167)

½-½

½½

Anaelle Afraoui (2140)

Manon Schippke (2119)

½-½

½½

Natacha Benmesbah (2268)

Pauline Guichard (2379)

1-0

10

Laurie Delorme (2046)

Dans le National féminin, Almira Skripchenko, Nino Maisuradze, Anysia Thomas, Pauline Guichard et Andreea Navrotescu ont déjà un pied en quart de finale. Tout reste à faire pour Anastasia Savina et Natacha Benmesbah, qui ne sont pas parvenues à s’imposer ! 

Manon Schippke bouscule Natacha Benmesbah

Manon Schippke (2119) – Natacha Benmesbah (2268)

Le coup Ce6 de Natacha Benmesbah est une erreur. Manon Schippke réplique par :

28. Fxf6 exf6 29. Ce4! La dame noire en c4 est attaquée, tout comme le pion f6.

Natacha Benmesbah prend une mesure radicale avec 29. … Dxc1 30. Dxc1 dxe4 31. fxe4 avec un énorme avantage pour les blancs.

À l’expérience, Natacha est parvenue à tenir la nulle, mais s’offre une grosse frayeur pour commencer ce championnat !

Âgée de 15 ans, Manon Schippke participe pour la première fois au National féminin. Vice-Championne de France U12F en 2019, elle a remporté la Mitropa Cup 2022 avec l’équipe de France.

Classée 1904 en juillet 2021, son ELO est désormais de 2119, preuve de sa rapide progression…

Andreea Navrotescu de retour en forme après les Olympiades

Andreea Navrotescu (2352) – Solenn Afraoui (1926)

Solenn Afraoui vient de jouer Cd7, pour développer sa dernière pièce.

Mais Andreea Navrotescu trouve une belle idée : De7! qui attaque le cavalier d7. Ce dernier ne peut pas bouger, car le fou c7 est en prise.

Solenn joue alors e5, le seul coup pour sauver son cavalier, mais au prix d’un pion.

“Le reste n’est plus qu’une question de technique”, et Andreea s’imposera au 26e coup.

Anysia Thomas (2147) – Silvia Alexieva (2223)

Dans cette position, avec les noirs, vous auriez sans doute roqué pour mettre votre roi à l’abri.

Mais Silvia Alexieva a trouvé un autre plan, beaucoup plus direct :

12. … h5 13. b3 h4 14. Cf3 hxg3 15. fxg3

Et les noirs une très forte attaque. Simple mais efficace !

Anysia Thomas (2147) – Silvia Alexieva (2223)

Anysia Thomas parviendra tout de même à contrer l’attaque des noirs, puis à pousser Silvia à la faute avec 36. Re6

Sans trembler, Anysia répond Cg6 qui attaque la tour e5 tout en menaçant Cf4+ (fourchette roi – tour). 

Bilan : Anysia obtient une finale très favorable, avec ses deux pions passés liés.

Pauline Guichard

Nino Maisuradze

Almira Skripchenko

Les parties des huitièmes de finale des Nationaux

La Fédération Française des Échecs et l’Échiquier Club Albigeois organisent la 95e édition du Championnat de France d’échecs, le plus ancien et le plus prestigieux tournoi d’échecs français. Après deux années de report à cause de la situation sanitaire, les meilleurs joueurs français vont de nouveau s’affronter pour décrocher le titre national.

Site officiel : https://albi2022.ffechecs.org/

Les participants

Rang Nom ELO
1 Jules Moussard 2670
2 Étienne Bacrot 2648
3 Laurent Fressinet 2624
4 Maxime Lagarde 2615
5 Christian Bauer 2615
6 Tigran Gharamian 2602
7 Yannick Gozzoli 2571
8 Sébastien Feller 2552
9 Romain Édouard 2551
10 Matthieu Cornette 2551
11 Iossif Dorman 2539
12 Marc’Andria Maurizzi 2530
13 Guillaume Lamard 2512
14 Adrien Demuth 2485
15 Marie Sebag 2447
16 Yovann Gatineau 2372
RANG NOM ELO
1 Almira Skripchenko 2391
2 Pauline Guichard 2379
3 Anastasia Savina 2377
4 Andreea Navrotescu 2352
5 Natacha Benmesbah 2268
6 Silvia Alexieva 2223
7 Nino Maisuradze 2222
8 Maria Leconte 2167
9 Cyrielle Monpeurt 2159
10 Anysia Thomas 2147
11 Anaelle Afraoui 2140
12 Manon Schippke 2119
13 Élise Bellaïche 2049
14 Laurie Delorme 2046
15 Sarah Djidjeli 2028
16 Solenn Afraoui 1926

Le National mixte porte bien son nom cette année, avec la participation de Marie Sebag ! Déjà en 2013, la n°1 français avait choisi le National mixte, plutôt que le tournoi féminin.

Du côté des favoris, les membres des équipes de France reviendront tout juste des Olympiades en Inde. Ils seront donc fatigués après avoir disputé cette compétition exigeante, et subiront le poids du décalage horaire. Néanmoins, Jules Moussard et Pauline Guichard seront sans doute galvanisés par leurs très bons résultats obtenus à Chennai. 

Les tenants du titre Maxime Lagarde et Pauline Guichard tenteront de conserver leur titre, qu’ils détiennent depuis 2019 du fait de la pandémie.

Dans le numéro de mai 2022 d’Europe Échecs, Maxime Lagarde déclarait :

“Le titre de champion de France, il y a trois ans, était la plus belle victoire de ma carrière. Je suis champion de France depuis 2019 en raison de la pandémie, mais je ne me considère plus vraiment comme le champion de France. Cela n’a pas de sens. Je m’en sers un peu pour obtenir des simultanées ou participer à des évènements.”

Une déclaration pleine d’humilité de la part de la tête de série n°4 !

Le prodige Marc’Andria Maurizzi, plus jeune grand maître français de l’histoire, participe pour la première fois au National – Photo https://tatasteelchess.com

Du côté des absents, Maxime Vachier-Lagrave et Alireza Firouzja ne seront logiquement pas présents. Les deux joueurs ont en effet de grandes ambitions mondiales, et se concentrent sur les échéances internationales, plutôt que sur le titre national. Maxime a déjà remporté trois fois le titre (2007, 2011 et 2012), mais dès l’édition 2013 il s’éloigne de cette compétition, pour participer à la Coupe du Monde qui se déroule au même moment. Dans le National féminin, on notera l’absence de Sophie Milliet, sextuple championne de France.

Sarah Djidjeli, joueuse du mois dans le numéro de juin d’Europe Échecs

Les champions de France U20 Yovann Gatineau (2368) et Sarah Djidjeli (2049) ont été invités, suite à leur titre, à participer à la lutte pour le titre.

Pour ces deux espoirs, le Championnat de France est l’occasion de confirmer leur progression et d’accumuler de l’expérience.

Sur le papier, leurs chances sont ténues, mais la nouvelle formule pourrait bien redistribuer les cartes et nous réserver quelques surprises…

Une nouvelle formule

Pour la première fois, les titres de champion et championne de France seront décernés par un système à élimination directe. La Fédération explique ce choix par sa volonté de rendre l’événement plus spectaculaire :

“Les titres seront décernés au terme d’une compétition en formule Coupe rassemblant 16 joueurs ou joueuses et 16 joueuses. Ils s’affronteront à chaque tour en deux parties classiques, suivies en cas d’égalité d’un départage en parties rapides le soir, permettant aux participants des Opens de suivre ces matchs après leur partie du jour. Ce nouveau format promet des parties plus spectaculaires, davantage de suspense tout au long de la compétition, tout en permettant à de nouveaux joueurs d’intégrer la lutte pour le titre !” (Source : site FFE)

Nous pourrions cependant objecter que ce format à élimination directe est plus adapté pour une Coupe de France. Ce système de matchs en seulement deux parties n’est en effet pas le plus adapté pour désigner le meilleur joueur. La logique purement sportive semble s’effacer pour satisfaire les ambitions médiatiques du jeu d’échecs, qui souhaite profiter de l’actuel effet de mode pour devenir un divertissement populaire. Nous espérons qu’il s’agira d’un pari gagnant !

Et pour nuancer l’idée d’une désacralisation du titre de Champion de France, rappelons qu’une logique comparable existe dans d’autres sports : en cyclisme, le titre est décerné après une seule course d’un jour, et le meilleur coureur français porte rarement la tunique bleu-blanc-rouge de champion national. Le débat est donc ouvert et devrait faire couler de l’encre…

Le compte rendu du Championnat de France 1961 dans Europe Échecs

Ce n’est pas la première fois que le Championnat de France connaît un changement radical de formule ! En 1963, les organisateurs abandonnent le format toutes rondes, au profit du système suisse.

Il s’agissait alors d’une solution par défaut, liée à “des difficultés de sélection” car seulement “26 joueurs s’étaient inscrits en national comme en majeur (troisième catégorie)”.

Le Championnat 1983 à Belfort est marqué par le retour du format toutes rondes. Un retour aux sources bien perçu par la plupart des joueurs selon le numéro 298 d’Europe Échecs : “Le système toutes rondes a la préférence de pratiquement tous les joueurs, mais il implique des frais supplémentaires“.

En résumé, il n’existe pas de solution parfaite, et il est bien difficile de dire à l’avance si cette nouvelle évolution est bienvenue. L’objectif est d’offrir plus de spectacle, et donc d’attirer davantage les regards sur cette vénérable compétition. Il sera nécessaire de faire un bilan objectif à la fin du Championnat, en interrogeant les joueurs, mais aussi les spectateurs ! 

Cadence

Les parties sont jouées à la cadence Fischer : 40 coups en 1 h 30, puis 30 minutes pour finir la partie, avec ajout de 30 secondes par coup durant toute la partie.

Dans les Nationaux, les cadences des éventuels départages sont :

  • Parties rapides : 15 minutes avec ajout de 10 secondes ;
  • Blitz : 5 minutes avec ajout de 3 secondes ;
  • Armageddon : 5 minutes pour les Bancs et 4 minutes pour les Noirs avec ajout de 3 secondes par coup à partir du 61ème coup.

Planning du Championnat

Date Heure N° Ronde
12 août 15h 1/8e de finale – Partie 1
13 août 14h 1/8e de finale – Partie 2
20h30 Départages
14 août 15h 1/4 de finale – Partie 1
15 août 14h 1/4 de finale – Partie 2
20h30 Départages
16 août Journée de repos
17 août 15h Demi-finales – Partie 1
18 août 14h Demi-finales – Partie 2
20h30 Départages
19 août 15h Finale – Partie 1
20 août 15h Finale – Partie 2
21 août 12h Départages

Si vous souhaitez suivre les parties en direct, attention à ne pas vous tromper dans les horaires, qui changent chaque jour, alternant entre 15h et 14h, sauf pour la finale !

En effet, la deuxième partie se déroule plus tôt, pour permettre aux joueurs de disputer le soir même les départages en cas d’égalité.

Les organisateurs espèrent sans doute un final en apothéose, avec un match de départage pour le titre dimanche midi, avec pourquoi pas un armageddon final comme en 2017 à Agen (victoire de Bacrot contre Fressinet).

Les différents tournois

Parallèlement au National et au National féminin, 8 tournois sont organisés :

  • L’Accession : réservé aux joueurs et joueuses ayant un classement supérieur ou égal à 2200. Les 3 premiers se qualifient pour le National de l’année suivante.
  • Le Championnat des Vétérans (65 ans et plus) et Seniors + (50 ans à 64 ans)
  • L’Open A : joueurs classés de 1950 à 2200 Elo.
  • L’Open B : joueurs classés de 1750 à 2000.
  • L’Open C : joueurs classés de 1550 à 1800.
  • L’Open D : joueurs classés de 1250 à 1600.
  • L’Open E : joueurs classés de 1000 à 1300.
  • Le Championnat de France Découverte, disputé sur trois jours en parties rapides, pour les débutants et joueurs classés à moins de 1500.

Roger Ferry (01/12/1932 – 19/10/2019)

Roger Ferry, décédé en 2019, était une figure emblématique du Championnat de France. Sa première participation date de 1959 à Reims. Il dispute ensuite consécutivement 60 éditions, jusqu’à Chartres en 2019 !

Au cours de sa longue carrière aux échecs, Roger Ferry a eu l’occasion d’affronter les plus grands joueurs russes : Karpov, Korchnoi, Petrossian, Geller, Spassky et Botvinnik. « J’ai failli à deux reprises être champion de France », note celui qui s’est classé quatre fois troisième.

Pour lui rendre hommage, la Fédération Française des Échecs a décidé en 2019 de rebaptiser le tournoi Accession en « Accession-Roger Ferry ».

Planning du Championnat

DATE HEURE N° RONDE
12 août 15h 1/8e de finale – Partie 1
13 août 14h 1/8e de finale – Partie 2
20h30 Départages
14 août 15h 1/4 de finale – Partie 1
15 août 14h 1/4 de finale – Partie 2
20h30 Départages
16 août Journée de repos
17 août 15h Demi-finales – Partie 1
18 août 14h Demi-finales – Partie 2
20h30 Départages
19 août 15h Finale – Partie 1
20 août 15h Finale – partie 2
21 août 12h Départages

Si vous souhaitez suivre les parties en direct, attention à ne pas vous tromper dans les horaires, qui changent chaque jour, alternant entre 15h et 14h, sauf pour la finale !

En effet, la deuxième partie se déroule plus tôt, pour permettre aux joueurs de disputer le soir même les départages en cas d’égalité.

Les organisateurs espèrent sans doute un final en apothéose, avec un match de départage pour le titre dimanche midi, avec pourquoi pas un armageddon final comme en 2017 à Agen (victoire de Bacrot contre Fressinet).

Parties du National mixte

Parties du National féminin

L’Histoire du Championnat de France d’échecs

A. Michel, G. Renaud, A. Muffang et L. Bertrand, les quatre participants du premier Championnat de France

Les premiers championnats de France, qualifiés « d’officieux » (car organisés avant la création de la FFE), se sont disputés à Arcachon en 1903 et à Lyon en 1914. En raison de l’appel à la mobilisation générale de la première guerre mondiale, le 1er août 1914, la réunion au cours de laquelle la Fédération Française des Echecs devait être créée fut annulée. Le vainqueur, Alphonse Goetz, reçut un vase de Sèvres offert par le Président de la République, qui deviendra le traditionnel trophée du champion et de la championne de France.

L’affiche du Championnat de France 1924

Le premier championnat de France officiel est organisé à Paris en 1923, deux ans après la création de la FFE (1921). Cette première édition ne réunit que quatre compétiteurs, et Georges Renaud s’impose.

Le deuxième championnat, en 1924, réunit 13 participants ; les trois premiers finissant ex æquo, Robert Crépeaux obtient le titre au départage. Vous pouvez redécouvrir cette édition en lisant l’article de Georges Bertola.

La même année est organisé le premier Championnat de France féminin à Paris. Marie-Jeanne Frigard s’impose, et elle remportera à nouveau le titre en 1925, 1926 et 1927 !

En 1963, à Paris, le championnat était un système suisse. Quatre joueurs finirent ex æquo avec 7,5 points sur 11 : Thiellement, Mazzoni, Rolland et Cormier. Rolland et Cormier ne purent participer au tournoi de départage qui avait lieu en novembre pendant la Toussaint. Le départage fut un match qui opposa Thiellement et Mazzoni et se termina par l’égalité 2 à 2. En conséquence, Thiellement qui était champion de France conserva son titre.

En 1961 à Paris, le Championnat de France inaugura une nouvelle formule : la compétition toutes rondes laisse alors place au système suisse. En 1964, Michel Roos et Guy Mazzoni finirent ex æquo à Montpellier. Le match de départage se termina par l’égalité 1 à 1 et Roos devint champion de France grâce à sa victoire contre Mazzoni lors de la quatrième ronde. En 1976, cinq joueurs terminèrent ex æquo. Chevaldonnet remporte le départage.

Sans doute pour éviter ces départages complexes à organiser, les organisateurs reviennent au système toutes rondes à partir du Championnat 1983 à Belfort.

En 2019, Maxime Lagarde remporte le titre de champion de France. En raison de la pandémie de Covid-19, la compétition n’a pas lieu en 2020 et 2021.

Les records

Le premier titre d’Étienne Bacrot en 1999

Son 8e titre en 2017

Etienne Bacrot a remporté 8 fois le titre de champion de France d’échecs : 1999, 2000, 2001, 2002, 2003, 2008, 2012 et 2017. Il détient ainsi le record et tentera de décrocher une neuvième victoire ! Derrière, Maurice Raizman et César Bouteville comptent chacun six titres.

Dans le National féminin, deux joueuses ont soulevé le trophée à six reprises : Sophie Milliet (2003, 2008, 2009, 2011, 2016, 2017) et Almira Skripchenko (2004, 2005, 2006, 2010, 2012, 2015).

Pour aller plus loin

Le Champion de France 1924, M. Robert Crépeaux

Côté spectacle

Nous ne nous sommes pas ennuyés : les départages ont été palpitants, et suivis avec enthousiasme par plusieurs milliers de spectateurs en direct sur internet. Le National, qui ne suscitait plus qu’une ferveur modeste, a retrouvé sa popularité. L’objectif de la nouvelle formule était de faire de cet événement un divertissement spectaculaire, la mission est accomplie… du moins auprès des joueurs de clubs. Car est-ce vraiment suffisant pour faire des échecs un sport grand public ?

Moins de parties nulles ?

 Pas vraiment à la cadence classique ! Dans le National mixte, le taux de nulles oscillait entre 58 et 69% de 2016 à 2019. Pour l’édition 2022, ce pourcentage est de 66,7%, donc dans la fourchette haute. À partir des quarts de finale, le pourcentage de parties nulles atteint même 93% ! Une fois passé le premier tour et ses affrontements “déséquilibrés”, le réflexe a donc surtout été de ne pas perdre, car il est presque impossible de recoller au score dans ces mini-matchs de seulement 2 parties classiques.

En résumé, la nouvelle formule a en grande partie neutralisé les parties lentes, qui semblent être une source d’embarras pour les organisateurs.

Et pour les joueurs ?

Les participants interrogés portent globalement un regard mitigé sur ce nouveau système. Christian Bauer a souligné la plus grande volatilité des résultats : “Si tu n’es pas en forme, bye bye”. Un reproche partagé par des nombreux participants, plutôt sévères vis-à-vis d’un format qui convient davantage à une Coupe, plutôt qu’à un championnat qui décerne le titre national.

Sébastien Feller ajoute que les départages le soir, pouvant durer jusqu’à minuit, sont excessivement exigeants pour les joueurs. Il a cependant souligné un avantage pour les joueurs éliminés : le tournoi s’arrête alors immédiatement, ce qui est moins pénible que de jouer jusqu’au bout un tournoi fermé sans aucune ambition lorsque l’on rate son entame.

Laurent Fressinet a aussi noté l’engouement des amateurs présents à Albi, ce qui fait forcément très plaisir aux joueurs des Nationaux, interpellés et congratulés. 

Une moindre légitimité pour le titre ?

Le système à élimination directe n’a pas empêché les favoris de jouer les premiers rôles. La finale entre Jules Moussard et Étienne Bacrot, n°3 et 4 français, prouve que la logique sportive a été respectée.

Néanmoins, depuis les 1/4 de finale, les deux finalistes se sont toujours qualifiés lors des départages, après deux parties nulles à la cadence classique. Voir le titre de champion de France classique être décerné principalement en parties rapides, y compris par des “Armageddon” durant lesquels des pièces ont été données en un coup ou des mats en 3 coups oubliés, peut légitimement provoquer des interrogations.

Et si la nouvelle formule impliquait surtout un changement de cadence dans l’attribution du titre de champion de France ?

L’ouverture à de nouveaux joueurs

Avec 16 joueurs sur la ligne de départ, les Nationaux se sont ouverts à de jeunes participants, parfois avec succès. Sarah Djidjeli, championne de France U20, est ainsi parvenue jusqu’en demi-finale. Ce renouvellement est le bienvenu, et nous permet de découvrir tous les talents tricolores.

En conclusion : affaire à suivre !

Terminons ce premier bilan par la question posée par Yannick Gozzoli, et qui résume bien la tension qui peut exister entre la volonté de rendre le championnat plus spectaculaire, et l’intérêt des joueurs : “Est-ce que je suis là pour faire plaisir aux gens, ou est-ce que je suis là pour mon objectif personnel ? Il faut trouver l’équilibre.”

Il est beaucoup trop tôt pour rendre de façon péremptoire un jugement définitif sur ce nouveau format. L’avis des spectateurs, mais aussi des joueurs, devra être pris en compte de façon rigoureuse. Les avantages et les inconvénients devront être évalués sereinement, tout en gardant à l’esprit qu’il n’existe pas de formule parfaite.

Rendez-vous dans notre numéro de septembre

Dans notre prochain numéro, vous trouverez un article qui aborde ces questions.

Extrait : “S’il est relativement facile pour les streamers et youtubers de maintenir l’attention du « grand public » avec des pièces laissées en prise, des défaites au temps, des jauges d’évaluation qui bondissent dans un sens, puis dans l’autre, d’un coup à l’autre, sans oublier de les accompagner de tout un tas de « great », « amazing », « masterpiece » et autres « never seen before ! », c’est une autre affaire de les scotcher sur un stream lorsqu’un joueur dépense 15 à 25 minutes pour n’effectuer qu’un seul coup…

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *